Accueil Actualités

Les pertes du piratage de Zaif s’élèvent à 63 millions de dollars US

Par Tim Alper
Les pertes du piratage de Zaif s’élèvent à 63 millions de dollars US 101
Source: iStock/D-Keine

L’exchange de cryptomonnaies japonais Zaif a annoncé que les pirates informatiques ont réussi à saisir plus d’argent que ce que l’on croyait la semaine dernière, et le timing ne pouvait pas être plus mauvais pour le pays qui compte plusieurs exchanges cryptos.

Tech Bureau, l’opérateur de Zaif, a publié une déclaration selon laquelle malgré les rapports dénonçant une perte de 59,7 millions de dollars US, le montant final est bien de 62,5 millions de dollars US, alors que les pertes en devise Monacoin sont plus grandes que ce qui avait été initialement déclaré.

L’agence de réglementation Financial Services Agency (FSA), qui a émis une licence d’opération à Zaif l’année dernière, subit une grande pression à l’heure actuelle. La semaine dernière, Reuters a annoncé que la FSA avait déjà envoyé une équipe d’inspecteurs dans les bureaux de Tech Bureau à Osaka, pour interroger la compagnie sur ses plans de remboursements des clients, et pour s’assurer que des mesures de sécurité accrues seraient mises en place. Zaif avait déjà reçu deux ordres d’améliorations de la FSA cette année.

Un bon nombre d’exchanges majeurs détenant une licence FSA luttent également pour rencontrer les demandes de la FSA, et ont reçu des ordres d’améliorations cet été. L’exchange local bitFlyer, l’une de ces compagnies affectées, a mis de côté ses plans d’expansion outre-mer ainsi que d’autres opportunités d’affaires en raison de cette surveillance réglementaire accrue.

Plusieurs rapports médiatiques au pays ont aussi déclaré que le comité exécutif de la FSA considérait déjà la mise en place de régulations plus restrictives sur la façon dont les cryptomonnaies sont tradées au Japon, ceci avant le piratage subi par Zaif. Toutefois, le comité pourrait maintenant être forcé de resserrer son inspection et ses politiques d’émission de licences dues à la pression des clients mécontents et des médias.

Un éditorial publié dans le journal national Yomiuri Shimbun le 23 septembre conseille à la FSA « de réexaminer scrupuleusement les conditions de gestion d’actifs par les autres opérateurs d’exchanges cryptos ». Le même billet ajoute, « Les techniques de piratage sont de plus en plus sophistiquées. Il pourrait être souhaitable de retirer les licences des opérateurs qui n’ont pas pris suffisamment de mesures pour protéger leurs systèmes contre les attaques ».

La police nationale du Japon dit que 158 cas de pertes d’actifs reliés à des piratages ont été reportés au cours de la première moitié de 2018, un nombre qui excède déjà le total de l’année dernière qui était de 149.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles