Une femme de Singapour ayant volé 4,2 millions de dollars d’actifs à Bybit sommée de les restituer

Antoine Palloteau
| 3 min de lecture

 

Ho Hai Xin, d’origine singapourienne, a dérobé, il y a un peu moins d’un an en septembre 2022, 4,2 millions de dollars (environ 3,8 millions d’euros) en USDT à la plateforme d’échange de crypto-monnaies ByBit. A la suite d’un procès dont le verdict fut prononcé récemment, Ho Hai Xin s’est vu obligée de retourner les fonds

Que s’est-il réellement passé ? 

Le 7 septembre 2022, ByBit a découvert que 8 transactions suspectes avaient été réalisées entre le 31 mai et le 31 août 2022. Un total de 4,2 millions d’USDT a été envoyé vers 4 adresses différentes. 

Ce qui a mis la puce à l’oreille de ByBit ? Un virement de presque 120 000 dollars vers le compte en banque personnel de Ho en mai 2022. Celle-ci aurait profité sa position au sein de l’entreprise fintech WeChain qui fournit des services de paiement à ByBit. 

Ho a rompu ses liens avec ByBit et WeChain en octobre 2022 après avoir été confronté en personne aux résultats de l’enquête menée en interne par l’exchange crypto. Au cours de cet entretien, la suspecte aurait déclaré que les adresses de réception des fonds volés appartenaient à son cousin, celui-ci lui ayant demandé de l’aider à transférer ces fonds. 

Ne croyant pas les mots de sa collaboratrice, ByBit a porté plainte le 12 octobre 2022 et a dès lors obtenu l’autorisation de geler les fonds. 

Ho, qui était la seule à avoir accès à la feuille calcul de WeChain/ByBit gérant les paiements en crypto des employés, l’aurait modifié. Au cours de son investigation, l’exchange crypto a découvert que Ho a réalisé plusieurs achats à compter de juillet 2022, notamment un appartement, une voiture à 362 000 dollars ainsi que 30 000 dollars de produits chez Louis Vuitton. 

Le procès, son issu et ses implications dans la jurisprudence de ce genre d’affaire

ByBit a donc porté plainte pour abus de position et pour les fonds transférés illégitimement, auprès des autorités singapouriennes. 

Le juge Jeyaretnam a estimé que ByBit avait bel et bien démontré que l’accusée détenait les actifs seulement en tant que “fidéicommissaire”. Par application de la loi, le juge a tranché : Ho a transféré les actifs de manière illicite.

“Les preuves sont en effet convaincantes que Ho a frauduleusement transféré les actifs en crypto-monnaie et en monnaie fiduciaire à elle-même”, a déclaré le juge Jeyaretnam.

En outre, la justice a montré des preuves directes que Ho possédait le portefeuille numérique associé à l’une des adresses, ainsi que des preuves indirectes de ses dépenses. Ho doit donc désormais rendre les fonds dérobés à l’exchange

La décision du juge de considérer les crypto-actifs comme une “chose en action” est une première à Singapour. Cela pourrait contribuer à définir légalement les circonstances dans lesquelles les crypto-monnaies appartiennent à un individu, même si un fidéicommissaire ou une personne tierce est en charge de la garde des actifs.

Sources : Beincrypto , Asiaone