Accueil Actualités

Le premier exchange de produits dérivés cryptos sera lancé en juillet

Par Sead Fadilpašić
Le premier exchange de produits dérivés cryptos sera lancé en juillet 101
Source: iStock/MicroStockHub

Le premier centre d’échange, ou intermédiaire entre acheteurs et vendeurs d’instruments financiers, pour les dérivés de cryptomonnaies s’appelle Liquidity Offset Network et devrait être opérationnel en juillet de cette année. L’entreprise cherche à augmenter les volumes d’opérations de cryptomonnaies et à réduire les coûts d’opérations, et devrait être réglementée par l’Autorité monétaire de Singapour à temps pour son lancement, a annoncé Bloomberg.

Dans le secteur financier traditionnel, la compensation désigne le processus suivant : Une fois que l’acheteur et le vendeur ont accepté les conditions d’une vente, la chambre de compensation sert à «dégager» cet actif avant son règlement, ainsi qu’à garantir que la transaction sera réalisée. La compensation est le processus de mise à jour des comptes des partenaires commerciaux et d’organisation du transfert de l’actif.

L'idée de ce projet est née lors d'une réunion à Singapour en décembre 2018, dirigée par Hoe Lon Leng, ancien directeur général du géant bancaire Goldman Sachs. Simon Nursey, ancien collègue de Leng chez Standard Chartered, autre géant du secteur bancaire, qui assistait également à la réunion, a déclaré: «Nous voyons cela comme une mise en forme du marché de la crypto afin d'absorber l'entrée de sociétés financières traditionnelles [...] et l’émergence d’une nouvelle classe d’actifs».

Selon le rapport, l'accent est mis sur les dérivés bilatéraux, tels que les contrats de gré à gré (OTC), dans lesquels deux parties (ou leurs courtiers ou banquiers en tant qu'intermédiaires) conviennent de la manière dont un accord ou un contrat particulier doit être réglé dans les règles de l'art. Ces contrats ne sont donc pas standardisés, à la différence des contrats à terme ou d'instruments similaires.

Le groupe, surnommé Crypto OTC Roundtable Asia et raccourci en CORA, devrait tenir une autre réunion à Chicago en mai afin de susciter un intérêt accru des traders basés aux États-Unis. Rich Rosenblum, cofondateur de GSR, une société de trading algorithmique centrée sur les actifs numériques, estime que cette réunion aurait plus d'impact que celle de Singapour. "En raison de la faiblesse de la surveillance réglementaire en Asie, il sera difficile pour de telles initiatives d'avoir un impact sur l'ensemble du secteur", a-t-il déclaré à Bloomberg. «Des efforts similaires sont en cours aux États-Unis où les régulateurs sont plus progressistes, ce qui pourrait être le facteur décisif de ce qui définit les normes mondiales et le cadre juridique du futur».

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles