Le géant SAP teste les paiements transfrontaliers avec l’USDC de Circle

Siméon Allegaert
| 2 min de lecture

SAP, l’un des plus grands éditeurs de logiciels à l’échelle globale, est en train de mener des essais pour le compte de ses clients avec le stablecoin USDC. Ce dernier, développé par Circle et basé sur la blockchain Ethereum, aidera l’entreprise basée en Allemagne à faire face à certaines difficultés liées aux paiements internationaux.

Avec cette série de tests, la firme a pour objectif d’offrir une solution pour les simple d’utilisation et sécurisée pour les sociétés qui souhaitent envoyer de l’argent à l’étranger, en s’appuyant sur le stablecoin indexé sur le dollar américain mais également sur l’EUROC, à savoir son équivalent indexé sur l’euro, bien que l’utilisation de ce dernier soit moins démocratisée. À noter que l’USDC adossé au dollar américain est maintenant disponible sur neuf blockchains et que Circle vient d’obtenir une licence pour opérer à Singapour

Selon les déclarations de Sissi Ruthe, experte produit chez SAP, les paiements transfrontaliers représentent aujourd’hui un véritable casse-tête pour de nombreuses entreprises de petites et moyennes envergures. À ce propos, elle souligne et ajoute :

« Faire des paiements à l’international de manière régulière est loin d’être aussi simple qu’il n’y parait, premièrement car les procédures sont assez couteuses avec parfois jusqu’à 50 dollars par transaction, mais aussi car il faut parfois compter 7 jours pour faire transiter les fonds. »

Par ailleurs, il est important de signaler que ces procédures ne sont pas transparentes et que le statut des transactions n’est jamais communiqué avant que ces dernières ne soient complétées. L’ensemble des problèmes mentionnés précédemment peuvent être résolus grâce à l’utilisation des technologies blockchains et des crypto-actifs comme moyen de règlement.

Dans le cadre de ces essais, les nombreux clients de SAP auront la possibilité de recevoir des cryptomonnaies dans des portefeuilles dédiés afin d’effectuer des paiements pour une sélection de factures, celles-ci étant intégrées à cette expérience qui permettra terme de supprimer l’ensemble des intermédiaires.

En revanche, les cryptomonnaies ainsi distribuées ne pourront pas être utilisées en conditions réelles, car elles fonctionnent sur un réseau de test plutôt que sur la blockchain principale Ethereum, et ne comporteront pas de véritables jetons.

D’après les données de CoinGecko, Circle est le deuxième stablecoin le plus important de l’écosystème crypto juste après l’USDT de Tether, avec une capitalisation boursière totale évaluée à plus de 28,3 milliards de dollars.

Source : SAP