Le gouverneur de la FED, Jerome Powell, affirme que le régulateur ne souhaite pas étouffer l’industrie crypto

Ruholamin Haqshanas
| 3 min de lecture
Source: YouTube / Bloomberg

Le président de la Federal Reserve américaine, Jerome Powell, a clairement indiqué que la banque centrale ne souhaitait pas empêcher l’innovation dans le domaine des cryptomonnaies, mais il a averti que le secteur présentait encore de nombreuses fraudes et des risques.

Mardi, Jerome Powell a témoigné au Capitole devant la commission bancaire du Sénat. Interrogé sur les cryptomonnaies, il a déclaré que la banque centrale américaine avait été “assez active” dans ce domaine, tout en reconnaissant que la technologie blockchain avait des cas d’utilisation dans le monde réel. 

Nous devons être ouverts à l’idée que, quelque part, il existe une technologie qui peut être utilisée comme innovation productive pour améliorer la vie des gens”, a-t-il déclaré aux membres du comité, ajoutant :

Nous ne voulons pas que la réglementation devienne un obstacle à l’innovation d’une manière qui favorise les entreprises en place, etc. Mais, comme tout le monde, nous observons ce qui se passe dans l’espace crypto et ce que nous voyons, c’est beaucoup d’agitation, de fraude, de manque de transparence et de risques.

Il a également rappelé que les banques et les autres institutions financières devaient être prudentes dans leurs interactions avec l’industrie crypto. “Nous voyons dans l’espace crypto beaucoup de choses qui suggèrent que les institutions financières réglementées devraient faire preuve de prudence dans leurs activités touchant l’espace crypto”, a-t-il déclaré.

Lors de l’audition, M. Powell a ajouté qu’il serait heureux que le Congrès intervienne en proposant un nouveau cadre juridique pour les cryptomonnaies. Il a déclaré que, bien que les régulateurs soient préoccupés par l’implication des banques dans les stablecoins, ces derniers pourraient avoir leur place dans le système financier s’ils étaient correctement réglementés.

À la suite d’une série d’échecs retentissants dans l’industrie l’année dernière, notamment l’effondrement de FTX, qui était autrefois le troisième plus grand exchange du monde, les régulateurs américains ont adopté une position de plus en plus agressive à l’égard des acteurs du secteur.

La Securities and Exchange Commission (SEC), en particulier, a pris des mesures sévères à l’encontre des sociétés cryptos. Depuis le début de l’année, elle a ordonné à Kraken de mettre fin à ses services de staking et de payer 30 millions de dollars d’amende. Elle a également menacé Paxos d’une action en justice pour son émission de stablecoins Binance USD (BUSD).

La contagion du secteur crypto pourrait-elle s’étendre à la finance traditionnelle ?

L’attention accrue portée aux institutions traitant avec des sociétés cryptos intervient alors que l’une des plus importantes insitutions bancaires opérant dans le secteur crypto, Silvergate, a été confrontée à de nombreuses difficultés suite à l’effondrement récent du marché. La semaine dernière, la banque a annoncé qu’elle ne serait pas en mesure de déposer à temps son rapport financier annuel 10-K auprès de la SEC et qu’elle évaluait sa capacité à poursuivre ses activités.

Silvergate a été l’un des prêteurs les plus durement touchés par la chute de FTX en novembre de l’année dernière. Elle a dû vendre à perte 5,2 milliards de dollars de titres de créance qu’elle détenait dans son bilan pour couvrir environ 8,1 milliards de dollars de retraits de la part des utilisateurs. 

En conséquence, elle a subi une perte de 718 millions de dollars, un montant qui dépasserait les bénéfices totaux de la banque depuis 2013. De plus, Silvergate ne disposait que de 3,8 milliards de dollars de dépôts à la fin de l’année 2022, contre 11,9 milliards de dollars en 2021.

Les problèmes de Silvergate pourraient inquiéter le secteur de la finance traditionnelle, car la banque a reçu au moins 3,6 milliards de dollars de prêts de la part du Federal Home Loan Banks, un système conçu à l’origine pour soutenir le financement du logement et l’investissement communautaire.