Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Les scientifiques ne sont pas d’accord concernant l’impact du minage sur le réchauffement climatique

Par Fredrik Vold
Les scientifiques ne sont pas d’accord concernant l’impact du minage sur le... 101
Source: iStock/Ekaterina_Simonova

Si l’on en croit les titres récents, Bitcoin pourrait à lui seul contribuer à faire augmenter au-delà de 2 degrés Celsius le réchauffement climatique et à ruiner l’environnement pour les générations futures.

"Bitcoin pourrait provoquer un changement climatique catastrophique d'ici 2033", a averti le Telegraph dans un article publié lundi. «Les bitcoins vont réellement ruiner le monde», a écrit CNET, tandis que le journal israélien Haaretz nous avertissait que «[…] les Bitcoins rendent le monde dangereusement plus chaud et extrêmement rapidement ».

Ces titres ne sont que quelques-uns des articles publiés hier à la suite d'un nouveau rapport de recherche rédigé par une équipe de scientifiques de l'Université d'Hawaii, publié dans Nature, une revue scientifique internationale. Selon le rapport, Bitcoin «pourrait à lui seul émettre suffisamment d'émissions de CO2 (dioxyde de carbone) pour propulser le réchauffement au-dessus de 2 ° C en moins de trois décennies». Cependant, les auteurs reconnaissent que le minage de bitcoins devient plus économe en frais de consommation d’énergie.

Pendant ce temps, d’autres experts et scientifiques qui ont discuté sur ThinkProgess, un site Web d’information soutenu par le Center for American Progress Action Fund, ont décrit les hypothèses et conclusions de l’étude comme "imprudentes, dangereuses, irresponsables et trompeuses".

D'autres chercheurs rejettent ces préoccupations

Selon Eric Masanet, professeur en génie mécanique, responsable du laboratoire d'analyse des systèmes de ressources et d'énergie de la Northwestern University, les conclusions de l'étude peuvent être démenties en soulignant trois faiblesses:

Premièrement, il a déclaré: «Nous savons que le secteur énergétique mondial est en train de se décarboniser.» Deuxièmement, le secteur des technologies de l’information, y compris le minage de cryptomonnaies, devient de plus en plus économe en énergie. Enfin, il a déclaré que les auteurs de l'étude "insistent sur une adoption massive et rapide des cryptomonnaies, entraînant des estimations douteuses et gonflées des futures émissions de carbone".

Arman Shehabi du Lawrence Berkeley National Lab, un laboratoire du Department of Energy Office of Science géré par l’Université de Californie, partage l’opinion de Masanet, et a ajouté que les auteurs de l'étude étaient sur la mauvaise voie en se concentrant sur un scénario improbable selon lequel la demande de transactions en bitcoins et les émissions de dioxyde de carbone résultant de cette demande en électricité resteraient statiques au cours des cent prochaines années, tandis que les bitcoins seraient immédiatement adoptés rapidement. "

Il a déclaré à ThinkProgress qu’il était "absurde" de croire que la consommation d’énergie de chaque transaction bitcoin restera constante au cours des cent prochaines années.

En août dernier, Katrine Kelly-Pitou, associée de recherche en génie électrique et informatique à l’Université de Pittsburgh, a également déclaré que les inquiétudes suscitées par la consommation d’énergie de Bitcoin étaient exagérées. Au lieu de cela, affirme-t-elle, le facteur important n'est pas la quantité d'énergie consommée par Bitcoin, mais les sources d'énergie, tout en préconisant une plus grande exploitation de minage dans les pays et les régions disposant d'une offre abondante d'énergie propre et renouvelable. Selon Kelly-Pitou, le minage de bitcoin utilise une quantité d'énergie exorbitante: environ 30 térawatts par heure en 2017, tandis que les opérations bancaires consomment environ 100 térawatts de puissance par an.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles