Il pourrait y avoir plus de 20 CBDC opérationnelles d’ici 2030

Benoit de Jessey
| 3 min de lecture

Dans un monde de plus en plus numérisé, les monnaies numériques des banques centrales (MNBC) se profilent à l’horizon comme une évolution inévitable du système financier mondial. Selon une série d’études récentes, nous pourrions assister à la naissance de près de deux douzaines de ces monnaies d’ici la fin de la décennie.

L’essor des MNBC

Les MNBC sont en passe de devenir une réalité tangible. Selon une enquête de la Banque des règlements internationaux (BRI), 93 % des banques centrales sont déjà engagées dans des recherches sur les MNBC.

 

De plus, il est prévu que d’ici 2030, jusqu’à 15 MNBC de détail et 9 MNBC de gros pourraient être en circulation. Des pays tels que les Bahamas, la Caraïbe orientale, la Jamaïque et le Nigéria ont déjà mis en circulation des monnaies numériques de détail.

Quels avantages ?

Les motivations derrière l’adoption des MNBC sont multiples. L’une des principales est l’amélioration des paiements transfrontaliers. Les MNBC pourraient offrir une efficacité accrue et une réduction des coûts dans ce domaine.De plus, dans les pays en développement, les MNBC sont souvent motivées par des raisons d’inclusion financière. En fournissant un accès plus facile et plus abordable aux services financiers, les MNBC pourraient jouer un rôle clé dans la réduction de la pauvreté et la promotion du développement économique.

Quelles problématiques ?

Cependant, l’adoption des MNBC n’est pas sans défis. L’un des principaux problèmes concerne la stabilité financière. Comme le souligne le rapport de la BRI, si les cryptoactifs, y compris les stablecoins, sont largement utilisés pour les paiements, ces derniers pourraient constituer une menace pour la stabilité financière. De plus, les récents « désagréments » sur le marché des crypto-monnaies, y compris l’échec de TerraUSD et la faillite de certaines banques qui fournissaient des services aux fournisseurs de crypto-monnaies, soulignent les risques potentiels associés à ces nouvelles formes de monnaie.

D’aujourd’hui à 2030

L’avenir des MNBC semble prometteur et pourrait marquer une transformation majeure du paysage financier mondial. Selon l’étude de la BIS, jusqu’à 24 MNBC pourraient être en circulation d’ici 2030. Cela représente une adoption significative et une reconnaissance de la valeur potentielle que ces monnaies numériques peuvent apporter à l’économie mondiale. 

Des pays comme l’Inde et le Brésil, deux des plus grandes économies émergentes, prévoient de lancer leurs propres monnaies numériques l’année prochaine. Ces initiatives pourraient servir de modèles pour d’autres pays en développement, en montrant comment les MNBC peuvent être utilisées pour stimuler l’inclusion financière et améliorer l’efficacité des transactions. 

En Europe, la Banque centrale européenne est sur la bonne voie pour lancer son projet pilote de “euro numérique“, avec un lancement possible prévu pour 2028. Cela pourrait marquer une étape importante dans l’adoption des MNBC dans les économies avancées.

Par ailleurs, la Banque nationale suisse a annoncé qu’elle émettrait une MNBC de gros dans le cadre d’un projet pilote. Cette initiative pourrait ouvrir la voie à de nouvelles fonctionnalités pour les institutions financières, grâce à la tokenisation.

En Chine, les tests pilotes de la monnaie numérique atteignent désormais 260 millions de personnes.

Néanmoins, il est important de noter que l’avenir des MNBC dépendra en grande partie de la manière dont les défis réglementaires et de stabilité financière seront gérés.

En conclusion, l’essor des MNBC représente une évolution majeure du système financier mondial. Alors que de plus en plus de banques centrales se tournent vers les monnaies numériques, nous pourrions assister à une transformation significative de l’économie mondiale. Cependant, il est crucial d’évoluer avec prudence pour garantir la stabilité financière et maximiser les avantages potentiels des MNBC, tout en respectant la vie privée de ses utilisateurs.

Source : BIS