La société Immediate Connect dans le viseur de l’AMF et du Parquet de Paris

Yann-Olivier Bricombert
| 2 min de lecture

L’Autorité des marchés financiers (AMF) et le Parquet de Paris appellent les épargnants français à “la plus grande vigilance” concernant les services de la société “Immediate Connect”, dont l’offre de robot de trading est considérée comme “frauduleuse”.

Malgré une première mise en garde en juin dernier, l’AMF a continué de recevoir “de nombreuses demandes et réclamations d’épargnants”, indique-t-elle dans un communiqué. Le site “Intermediate Connect” se présente comme une solution pour réaliser des transactions automatisées sur le marché des devices (Forex) et des cryptomonnaies.

Une offre “frauduleuse” sur les robots de trading


Le procédé est le même : un article sur internet reprenant une soit-disant publication d’un grand quotidien national à propos d’une prétendue interview d’un célèbre animateur de télévision dans une émission (en l’occurrence le journal “Le Monde” et Cyril Hanouna sur C8, selon le cabinet d’avocat Ziegler & Associés).

Après avoir renseigné leurs coordonnées sur un formulaire de contact en ligne, les intéressés avaient été rapidement contactés par un soi-disant “conseiller financier” qui les a incités à s’inscrire. Mais au moment de récupérer leurs prétendus gains, il leur a été demandé de régler au préalable une soi-disant “taxe sur la plus-value”.

Image by starline on Freepik

Dix-huit sites internet bloqués


A la suite d’une audience du tribunal judiciaire de Paris le 9 octobre dernier, huit sites ont fait l’objet de procédures de blocage depuis le territoire français, à la demande de l’AMF. “D’autres adresses internet pourront faire l’objet de nouvelles demandes de blocage auprès du tribunal à l’occasion de prochaines audiences”, indique l’AMF dans ce même communiqué. Dix-huit autres sites, qui semblent être des “clones”, sont également dans le viseur des autorités, dont certains ont été ajoutés à une “liste noire” des arnaques.

L’AMF rappelle que seules les sociétés agréées comme “prestataires de services” d’investissement dans l’Union européenne sont autorisées à proposer des services de courtage tels que le trading, automatisé ou non, sur le Forex ou les dérivés sur crypto-actifs.

“Seuls les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) enregistrés auprès de l’AMF sont autorisés à proposer l’achat-vente, la conservation ou une plateforme de négociation de crypto-actifs auprès du public français, via des communications promotionnelles.”

Les consignes de “méfiance” des autorités


Le Parquet de Paris rappelle que la fourniture habituelle de services d’investissement à des tiers par personne morale non agréée est une infraction faisant encourir à celle-ci la peine de 1 875 000 € d’amende.

“La fourniture illégale de services d’investissement à des tiers à titre de profession habituelle fait encourir à la personne physique la peine de 3 ans d’emprisonnement. Ces agissements peuvent également caractériser l’infraction d’escroquerie en bande organisée, punie de 10 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende pour la personne physique et 5 millions d’euros d’amende pour la personne morale.”

D’une manière plus générale, l’AMF encourage les épargnants à se méfier des sites de trading garantissant des gains rapides, à éviter le Forex, “où les risques de perte en capital supérieure à la somme investie sont élevés”, et à consulter la liste des sociétés Psan, autorisées à proposer des services sur actifs numériques (une centaine à la date d’aujourd’hui). Il est aussi possible de vérifier que la société ne figure pas dans la liste de sociétés non autorisées de l’AMF.


Sur le même sujet :