Accueil Actualités

Les exchanges japonais espèrent terminer 2018 sur une bonne note

Par Tim Alper
Les exchanges japonais espèrent terminer 2018 sur une bonne note 101
Source: Etsy

Les exchanges crypto japonais clôturent la semaine avec une activité intense, avec des extensions à l’étranger, avec de nouvelles inscriptions, et avec des prévisions optimistes pour 2019.

Le plus récent exchange officiel de l’industrie, SBI Group’s SBI Virtual Currencies, a commencé à trader Ethereum (ETH) le vendredi 14 décembre, selon une annonce officielle. La plateforme n’a pas encore repris son activité Bitcoin Cash, à la suite d’une suspension de la négociation à peu près au moment des dernières nouvelles concernant le fork. Malgré des déclarations audacieuses quant à son intention de devenir la plateforme d’échange japonaise la plus importante du pays, la société a adopté une approche prudente en matière de listing de devises, avec Bitcoin et Ripple comme seules cryptomonnaies ajoutées à ce jour.

Pendant ce temps, son rival BITpoint a supervisé le lancement d’un échange au Panama. BITpoint Panama a annoncé qu'il proposerait des transactions en dollars américains avec Bitcoin, Bitcoin Cash, Ethereum, Ripple et Litecoin. La société exploite déjà des bourses en Corée du Sud, à Taiwan, en Malaisie, à Hong Kong, à Singapour et au Japon, alors qu'une succursale de Chine continentale a été contrainte de cesser ses activités à la suite de la répression crypto en septembre 2017. Ce dernier mouvement constitue toutefois la première fois que BITpoint cherche à s'étendre au-delà de l'Asie.

Le président de Coincheck, Toshihiko Katsuya, a déclaré à la presse que les investisseurs cryptos du pays avaient des raisons d’être optimistes à partir de 2019. Selon Business Insider Japan, Katsuya a déclaré: "L’utilisation de cryptomonnaies pour les paiements et les envois est nécessaire. Non seulement les [cryptomonnaies] sont-elles maintenant attrayantes en tant qu'actifs, mais la règlementation basée sur la technologie financière est appelée à augmenter".

Coincheck n’a toujours pas reçu une bénédiction sans équivoque de la part de la Financial Services Agency (FSA), qui a rétrogradé le statut de la société, qui est passé d’une plateforme entièrement sous licence à un statut de «revendeur réputé», après le piratage paralysant de janvier. Ceci malgré les assurances de la société selon laquelle, suite à sa prise de contrôle par le groupe Monex, elle répond désormais à toutes les exigences de stabilité et de sécurité de la FSA.

Par ailleurs, Reuters a annoncé que la société de portefeuille crypto SoftBank chercherait à se décharger de ses actions dans NVIDIA "au début de l'année prochaine", la rentabilité de l'exploitation de minage continuant de se dégrader. SoftBank détient environ 5% des actions de NVIDIA et pourrait tirer 3 milliards USD de cette vente.

SoftBank est l'actionnaire majoritaire de Yahoo Japan - qui a acheté plus de 40% de la plateforme BitARG sous licence FSA plus tôt cette année et envisage de lancer une bourse japonaise sous son propre nom. SoftBank a également exprimé son intérêt pour le développement de services de transfert de fonds basés sur la blockchain via ses activités bancaires. La société a également investi dans un incubateur blockchain basé à Jakarta plus tôt cette année.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles