Jesse Powell démissionne de son poste de PDG de Kraken

L’un des principaux exchanges du marché, Kraken, a annoncé que son cofondateur Jesse Powell quittait son poste de PDG. Powell a fondé la société en 2011 avec Thanh Luu, et est considéré comme l'un des pionniers de l'espace crypto.

Jesse Powell, PDG de Kraken. Source: krakenfx / Instagram

Selon le communiqué, le directeur des opérations Dave Ripley succédera à Powell, tandis que ce dernier deviendra président du conseil d'administration. Ripley assumera son nouveau rôle de PDG après le recrutement d’un nouveau COO.

Powell, pour sa part, a déclaré qu'il était impatient de consacrer plus de temps "aux produits de l'entreprise, à l'expérience des utilisateurs et aux questions relatives à la défense et la promotion du secteur crypto."

"Au fur et à mesure que l'entreprise a gagné en envergure, c'est devenu épuisant pour moi, moins amusant", a déclaré Powell, cité par Bloomberg. "Je prévois toujours de rester très engagé dans l'entreprise" en tant que principal actionnaire et membre du conseil d'administration.

Selon Bloomberg, Powell a informé la société de sa décision il y a plus d'un an.

Le communiqué ajoute que le "leadership et l'expérience avérés" de Ripley donnent à Powell l’assurance que le nouveau PDG est "le successeur idéal et la meilleure personne pour mener Kraken à travers sa prochaine ère de croissance."

Ripley a été le COO de Kraken pendant six ans et a rejoigt la bourse par le biais de l'acquisition de Glidera, un service de financement de portefeuille crypto où il était cofondateur et PDG. Kraken lui attribue le mérite d'avoir fait passer la bourse de 50 à plus de 3 000 employés, ajoutant que, "sous [sa] direction", Kraken a réalisé plus de seize acquisitions et obtenu "un nombre important" de licences réglementaires et de partenariats mondiaux.

Entre-temps, des organes de presse, tels que le New York Times et Bloomberg, ont remis en lumière les désaccords entre M. Powell et les employés de Kraken, notamment le conflit de cette année autour de ses déclarations sur le genre et la race. L'entreprise a également partagé un post sur la "culture Kraken", et après ce qu'il a perçu comme un débat raté, Powell a tweeté que Kraken revenait "à une culture de dictature". Plusieurs employés ont alors quitté l'entreprise.

Powell a été cité par Bloomberg comme ayant déclaré,

"Mon style est toujours d'être très transparent et authentique. [...] Je pense que cela a très bien fonctionné. Nous avons eu des personnes qui ne convenaient pas à l'entreprise, qui étaient une source de distraction et qui sont maintenant parties. Et puis nous avons aussi attiré beaucoup d'autres personnes."

Le changement de rôle de Powell n'est pas le seul à la suite du récent krach du marché des crypto. Le co-PDG d'Alameda Research, Sam Trabucco, s'est retiré de ce rôle, pour occuper celui de conseiller, tandis que Michael Saylor, de MicroStrategy, a abandonné son poste de PDG.

M. Powell a également déclaré à Bloomberg que Kraken "se positionne pour avoir la possibilité d'entrer en bourse", sans toutefois fournir de calendrier précis.

Depuis le début de l'année, la part de marché mondiale de Kraken parmi les 15 premiers exchanges du marché a chuté d'environ 32 %, selon le fournisseur de données CryptoCompare.

En juillet, Coinbase, Binance et Kraken occupaient les trois premières places pour le deuxième trimestre de cette année, selon le classement du fournisseur de données Kaiko, basé à Paris.

Au cours de la même période, Kraken a fait l'objet d'une enquête liées à des violations des sanctions américaines en permettant notamment à des utilisateurs en Iran d'acheter et de vendre des cryptomonnaies, avait rapporté le New York Times, citant des personnes anonymes proches du dossier. L'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor enquêtait sur Kraken depuis 2019 et devait imposer une amende, selon le rapport.

En août, Kraken, Binance, Shapeshift et Bittylicious ont fait perdre à environ 240 000 investisseurs britanniques 9,9 milliards de livres sterling (12 milliards de dollars), lorsque ces bourses ont retiré de leur listing Bitcoin SV (BSV), selon Velitor Law, un cabinet d'avocats représentant les investisseurs. La plainte a été déposée auprès du Competition Appeal Tribunal.

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy
  • Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: