JPMorgan intègre l’euro dans son système de paiement alimenté par la blockchain

Siméon Allegaert
| 2 min de lecture

JP Morgan, le mastodonte du secteur bancaire, a élargi le champ d’application de son stablecoin JPM Coin aux paiements en euros.

Selon un rapport publié ce vendredi, JP Morgan autorise depuis quelques jours sa clientèle à faire des paiements en euros avec le JPM Coin, un système que la banque a lancé en 2019 et qui a déjà traité plus de 300 milliards de dollars depuis sa création.

L’objectif principal de cet actif numérique est d’offrir un moyen de paiement rapide et sécurisé sur la blockchain à des clients institutionnels et des acteurs majeurs de l’écosystème financier. Désormais, ces derniers pourront utiliser le JPM Coin pour réaliser des transactions avec la monnaie européenne.

À noter que le JPM Coin est un protocole élaboré par Coin Systems, une équipe de développement issue d’Onyx, la filiale de JP Morgan focalisée sur les technologies blockchains. Basak Toprak, directrice de Coin Systems, a déclaré que la première transaction utilisant le JPM Coin pour un paiement en euros provient de Siemens, un groupe allemand dont les activités touchent une multitude de secteurs comme celui de l’énergie, de la construction et de la santé.

L’actualité récente est assez chargée pour JP Morgan, avec notamment le rachat d’une grande majorité des actifs de la First Republic Bank suite à la faillite de cette dernière, qui représente la seconde chute la plus massive de l’histoire du secteur bancaire aux États-Unis.

Il est également fait mention d’une collaboration de JP Morgan et six banques indiennes dans le cadre du déploiement d’un nouveau système interbancaire. Celui-ci utilisant plusieurs types d’actifs comme des monnaies numériques de banques centrales (CBDC) ou des obligations gouvernementales tokénisées.

Depuis sa création en 2001 suite à la fusion de plusieurs entités issues du monde de la finance, JP Morgan a connu une croissance fulgurante jusqu’à devenir la banque la plus importante des États-Unis. Néanmoins, la holding financière fait désormais face à certains troubles judiciaires en raison des attaques de la Securities and Exchange Commission (SEC).

Selon CNN, JP Morgan s’est vu infliger une amende de 4 millions de dollars par l’agence de régulation américaine pour avoir malencontreusement supprimé plus de 47 millions d’e-mails, dont la plupart concernaient des affaires légales actuellement en cours.

Source : JP Morgan