Les jumeaux Winklevoss avaient retiré 282 millions de dollars avant la faillite de Genesis

| 2 min de lecture

Peu de temps avant le dépôt de bilan de Genesis, l’exchange Gemini aurait procédé au retrait de plusieurs millions de dollars de la plateforme du prêteur crypto. Une source anonyme a partagé l’information au New York Post, amenant des spéculations sur la véracité de ces allégations.

Les Winklevoss connaissaient-ils l’étendue des difficultés de Genesis ?


Le Digital Currency Group (société-mère de Genesis) et Gemini collaboraient sur le programme Gemini Earn de l’exchange. Ce dernier permettait aux utilisateurs de la plateforme Genesis de prêter leurs crypto-actifs et recevoir jusqu’à 8% d’intérêts. Peu avant la faillite de Genesis, une source anonyme a révélé que Gemini avait effectué plusieurs retraits dont le montant total s’élevait à 282 millions de dollars en cryptomonnaies.

Le New York Post semble suggérer que les jumeaux Winklevoss eux-mêmes étaient à l’origine de cette opération. Il est impossible de déterminer avec précision si les fonds retirés provenaient des actifs de Gemini ou de la réserve crypto personnelle des Winklevoss. Cependant, la somme n’incluait aucun fonds des clients Gemini. La source affirme que les Winklevoss souhaitaient protéger leurs arrières mais étaient prêts à laisser les clients du programme Earn subir les répercussions de la faillite de Genesis. L’équipe de Gemini a rapidement nié ces allégations, affirmant qu’elles étaient « fantaisistes » : 

« Il est assez ironique qu’une décision prise pour protéger les utilisateurs du programme Earn à hauteur de centaines de millions de dollars ait été déformée de la sorte ». 

L’exchange a indiqué que ces fonds ont été utilisés pour constituer une réserve destinée à garantir que les clients de Gemini Earn pourraient immédiatement racheter leurs actifs. Gemini a déclaré que l’article n’était qu’une « nouvelle tentative effrontée de manipuler l’opinion publique ».

Les divergences entre Gemini et DCG ralentissent la procédure de faillite de Genesis


Cet incident est le dernier d’une longue série d’accrocs illustrant les relations tendues entre les deux sociétés. Les relations entre le Digital Currency Group et Gemini se sont en effet considérablement aggravées après le dépôt de bilan du premier. De fait, Gemini a intenté un procès contre DCG et Barry Silbert en juillet. L’exchange accuse ces derniers de fraude et d’avoir fait des « déclarations fausses, trompeuses et incomplètes » sur la santé financière de Genesis. Le mois dernier, DCG a demandé le rejet du procès. Dans une lettre, les avocats de DCG et de Silbert ont notamment déclaré que les jumeaux Winklevoss s’étaient engagés dans une « campagne de diffamation sur Twitter ».

Au début du mois de septembre, une proposition de DCG pour le remboursement des créanciers avait été rejetée par Gemini. A la suite de ce rejet, DCG a proposé un autre accord vers la mi-septembre. Ce dernier permettrait potentiellement aux utilisateurs de Gemini Earn de récupérer l’intégralité de leurs avoirs en cryptomonnaies. L’accord proposé offre aux créanciers non garantis un recouvrement de base de 70 à 90 %, avec une part significative en monnaies numériques. Les utilisateurs de Gemini Earn pourraient quant à eux recevoir jusqu’à 110 % de leurs créances. Gemini a affirmé que les taux de recouvrement proposés sont « un mirage ».

Sources : Gemini, New York Post