La Chine va « inévitablement » s’ouvrir aux cryptos

Matthieu Dumas
| 2 min de lecture

Il semblerait que l’Empire du Milieu ne soit pas aussi fermé aux crypto-monnaies qu’on pourrait le croire. Selon Brock Pierce, co-fondateur de Tether (USDT), la plus grande stablecoin du monde en termes de capitalisation boursière, l’ouverture de la Chine aux actifs numériques n’est qu’une question de temps.

Un potentiel trop grand


D’après un rapport récent du South China Morning Post, Pierce affirme que la Chine, malgré son interdiction de toutes les activités commerciales liées aux cryptos depuis plusieurs années, finira par reconnaître la légitimité des actifs numériques.

Brock Pierce a déclaré qu’il était en pourparlers pour lancer une nouvelle entreprise à Hong Kong, dix ans après avoir cofondé le plus grand stablecoin du monde.

« La Chine va-t-elle s’ouvrir aux crypto-monnaies ?… Je dirais que c’est inévitable. La question n’est pas tellement de savoir si cela va se produire, mais quand cela va se produire », déclare-t-il.

Le regard de Pierce ne se limite pas à la Chine continentale. Il s’intéresse de près à Hong Kong, où l’autorité financière locale, la Securities and Futures Commission (SFC), a récemment mis en place des directives claires pour les investisseurs en crypto-monnaies.

Hong Kong : un pionnier en finance commerciale

Hong Kong, avec son potentiel en finance traditionnelle, semble être « en avance » sur bien des aspects.

« Je pense que Hong Kong est en avance à bien des égards. La principale opportunité à Hong Kong réside dans la finance traditionnelle, et c’est là qu’un stablecoin en dollar hongkongais a un potentiel énorme », ajoute-t-il.

Il pense que Hong Kong est parfaitement positionné pour ouvrir le marché cryptos dans la région, avec la Chine, Singapour, le Japon et la Corée du Sud en ligne de mire. Un marché pesant plusieurs milliards.

Un avenir prometteur malgré les obstacles


Cependant, tout n’est pas rose pour les plateformes d’échange crypto ayant des liens avec la Chine continentale. Beaucoup ont retiré leurs demandes de licence à Hong Kong à cause des réglementations introduites par la SFC.

En effet, la SFC a déclaré que les plateformes d’échange d’actifs numériques licenciées à Hong Kong ne pourraient pas servir les citoyens de la Chine continentale.

La raison principale évoquée est la divergence des régulations des deux pays sur la question, et même si Hong Kong opère sous un régime différent, il doit de quand même s’aligner sur les volontés du parti communiste chinois.

Ainsi, malgré des réglementations strictes et un cadre juridique encore contraignant, les observateurs comme Brock Pierce voient un avenir lumineux pour les crypto-monnaies en Chine.

Cela laisse entrevoir une possible transformation majeure dans le paysage financier mondial, où même les géants les plus réfractaires pourraient finalement embrasser la révolution numérique.

Alors, préparez-vous, car le dragon chinois pourrait bien se réveiller dans l’univers des crypto-monnaies, et quand ça arrivera, cela pourrait secouer le marché. En attendant, surveillons de près les mouvements à Hong Kong.


Source : South China Morning Post


Sur le même sujet :