La police espagnole sauve un gestionnaire de portefeuille crypto séquestré par des criminels

Tim Alper
| 4 min de lecture
A Spanish police officer wearing a flack jacket, with the emblem of the National Police emblazoned on the rear.
Source : Marta / Adobe

Il y a quelques jours, la police espagnole est intervenue pour libérer un gestionnaire de portefeuille crypto qui était retenu contre sa volonté et sous la menace d’une arme par un groupe de ravisseurs.

D’après Nius Diario, un média local, le gestionnaire a été capturé par trois assaillants qui n’ont pas hésité à maintenir une arme braquée contre la tête de ce dernier. Le groupe de malfrats a par la suite exigé une rançon d’environ 1,1 million d’euros pour libérer le gestionnaire, tout en menaçant d’exécuter celui-ci en cas de refus. 

Les officiers de la police nationale ont déclaré avoir été alertés lorsqu’une des connaissances de la victime a téléphoné à un poste de police espagnol depuis Budapest, en Hongrie. D’après les forces de l’ordre, cette connaissance a annoncé avoir reçu des fichiers audio et vidéo constituant des preuves que le gestionnaire était retenu contre sa volonté et menacé d’une arme.

Sur l’une des images mises à la disposition du public par les forces de police, il est possible de voir que la victime est maintenue face contre terre avec une arme de poing braquée contre son visage.

A man, whose face has been blurred, is held with a gun held to his head.
Source : Police Nationale

Pour une raison encore inconnue, les ravisseurs semblent avoir commis une grave erreur, dans la mesure où ils ont laissé la victime accéder à son téléphone suffisamment longtemps pour que ce dernier puisse organiser son propre sauvetage.

Le gestionnaire est parvenu à prendre une photo de l’extérieur du bâtiment dans lequel il était prisonnier. Il a ensuite envoyé cette photo à un ami proche qui l’a à son tour partagé avec la police.

Grâce à cette photo, les membres des forces de l’ordre ont tout d’abord réussi à identifier le quartier puis à localiser avec précision le bâtiment où le gestionnaire se trouvait. Ainsi, ils ont découvert que le gestionnaire était retenu dans une villa luxueuse située dans les environs de Benalmádena à Málaga, une ville du sud de l’Espagne.

Seulement cinq heures après avoir reçu la photo, les policiers étaient déjà sur place dans le cadre de leur intervention.

Des vidéos aériennes ont fait apparaître la présence d’unités d’élite encerclant et prenant d’assaut le bâtiment, ainsi que la présence de suspects menottés sur le sol à l’extérieur de la villa. 

Les policiers ont déclaré que le gestionnaire s’en est sorti avec des blessures superficielles et quelques contusions.

La police espagnole libère le gestionnaire crypto : qui sont les ravisseurs ?

La Police a révélé que les criminels semblent avoir préparé méticuleusement leur opération et s’étaient par ailleurs armés de deux armes à feu dont l’une était équipée d’un silencieux.

À noter que la police a également indiqué avoir arrêté trois suspects présents sur place dans le cadre de leur intervention. Les suspects sont désignés comme étant originaires de Grèce et d’Albanie, et ont déclaré qu’ils étaient respectivement âgés de 35, 36 et 54 ans. Les suspects ont été poursuivis pour enlèvement, possession illégale d’armes à feu et agression avec violence.

Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé une réserve avec ce qui semblait être du matériel destiné à la torture : à savoir une salle qui avait été recouverte de bâches en plastique, des gants jetables, des sécateurs et toute une série de lames ainsi que différents modèles de scies.

A saw seized during a police raid.
Source : Police Nationale

Plus tôt cette année, les forces de polices ont organisé une intervention près de la ville de Seville afin d’intervenir sur ce qu’ils pensaient être une plantation de marijuana, avant de découvrir qu’il s’agissait en réalité d’une installation illégale de minage crypto.

Si vous désirez en apprendre plus, n’hésitez pas à consulter notre article dédié à ce sujet en cliquant sur ce lien.