Le fonds d'investissement crypto Grayscale refuse de dévoiler la preuve de ses réserves

Source: Adobe/Ascannio

La société d'investissement crypto Grayscale a refusé de dévoiler la composition de ses réserves, invoquant des "problèmes de sécurité". Cette décision a suscité de nombreuses spéculations sur la santé financière de l'entreprise. 

Dans un tweet samedi, la société a déclaré que l’un des principaux exchanges cryptos du marché, Coinbase, utilisé par Grayscale en tant que dépositaire, effectue régulièrement un processus de "validation sur la chaîne". La société a également ajouté être dans l’impossibilité de partager leur preuve de réserves en raison des risques de sécurité. 

"Compte tenu des risques de sécurité, nous ne pouvons pas rendre ces informations accessibles au public par le biais d'une preuve de réserve, ou d'une autre procédure de comptabilité crypto avancée", a déclaré la société.

Dans le secteur crypto, la preuve de réserves est un mécanisme par lequel un tiers indépendant vérifie qu'un exchange ou une entreprise dispose ou non des actifs mis à sa disposition par ses clients. Des arbres de Merkle sont utilisés pour capturer des données et obtenir un ensemble d'empreintes qui permettent aux utilisateurs de vérifier que leurs fonds ont été correctement audités par un tiers.

Grayscale a reconnu que sa décision de garder ses informations sur les réserves privées serait une "déception" pour certains investisseurs. Cependant, la société a affirmé que "la panique déclenchée par d'autres acteurs n'est pas une raison suffisante pour contourner les dispositions de sécurité complexes qui nous ont permis de garder les actifs de nos investisseurs en sécurité pendant des années."

Néanmoins, cette décision a accentué l’érosion de confiance des utilisateurs dans Grayscale. Il semble que la grande majorité des utilisateurs cryptos ne soient pas convaincus par le raisonnement de l'entreprise, d'autant plus que d'autres grands exchanges, dont Binance et Crypto.com, ont choisi de partager ces informations. 

"Je n'étais pas préoccupé par la solvabilité de GBTC jusqu'à ce que je lise cette déclaration, quelqu’un peut-il s'il vous plaît m'expliquer comment la preuve de réserve pose un risque pour la sécurité ?" a déclaré ChainLinkGod.eth, un membre éminent de la communauté crypto et ambassadeur de la communauté Chainlink.

L'éminent cryptographe Adam Back a également affirmé que les déclarations de Grayscale n'ont "pas beaucoup de sens". 

"Les entreprises de traçage connaissent les UTXO, et il n'est pas difficile de demander autour de soi une exportation des données. Vous pourriez argumenter que si Coinbase déplace ou change la garde des actifs, cela pourrait révéler leur adresse IP à la géolocalisation sur p2p. Mais dans ce cas, il suffit d'utiliser Tor", a-t-il ajouté. 

Pourquoi les plateformes d’échange cryptos doivent-elles partager leurs preuves de réserves ?

L'effondrement sans précédent de FTX, qui était le troisième plus grand acteur du marché et que beaucoup considéraient comme le sauveur du secteur lors des récents évènements autour de Terra/Luna, a amené de nombreux observateurs à s'inquiéter de la fiabilité des acteurs centralisés.

Pour tenter d'atténuer le scepticisme, les dirigeants des plus importantes sociétés cryptos ont commencé à partager des preuves de réserves. Ainsi par exemple, Crypto.com a publié ses adresses cryptos, révélant combien et quelles cryptomonnaies elle stocke pour le compte de ses clients.

Suivez nos liens d'affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada visitez BitbuyBitbuy
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuite et à nos réseaux sociaux: