Le Titanic tokénisé sous la forme de NFT : les artefacts de l’épave disponibles sur le marché NFT

Ruholamin Haqshanas
| 4 min de lecture
Image Source: Pixabay

Les artefacts physiques récupérés dans l’épave du Titanic seront convertis en NFT et partagés avec le monde entier grâce à un nouveau partenariat tripartite.

Cette collaboration implique la société RMS Titanic (RMST), qui détient les droits de sauvetage exclusifs sur l’épave et le site de l’épave du Titanic, la société Venture Smart Financial Holdings basée à Hong Kong et la société Web3 Artifact Labs.

Les trois entreprises vont tokéniser les précieux artefacts du Titanic pour débloquer une myriade de fonctionnalités Web3. L’objectif est de préserver certains artefacts en tant que NFT et d’en partager la propriété avec le public.

“Ce projet créatif mettra l’héritage du Titanic entre les mains de tous en préservant les actifs du paquebot en tant que NFT immuables et en offrant une participation inclusive au RMST”, ont déclaré les trois entreprises dans un communiqué de presse. 

Artifact Labs a pour objectif de tokéniser un total de 5 500 artefacts physiques récupérés sur le navire, ainsi que des artefacts qui pourraient être récupérés à l’avenir. L’entreprise lancera également la Titanic DAO (Organisation autonome décentralisée), grâce à laquelle les membres pourront être impliqués dans de futures initiatives. 

Venture Smart Financial Holdings sera chargée de structurer la tokénisation de la propriété intellectuelle liée aux artefacts. Les instruments tokenisés sont destinés à être proposés aux investisseurs accrédités afin de créer de nouvelles opportunités pour la levée de capitaux et le financement de la recherche en cours, la récupération, la préservation, l’exposition et l’octroi de licences des actifs de la RMST.

“Nous restons déterminés à partager l’héritage du Titanic, de ses passagers et de son équipage, avec les gens du monde entier”, a déclaré Jessica Sanders, la présidente de RMS Titanic, dans un commentaire. Elle a ajouté :

“En tant que détenteur du site de l’épave du Titanic, nous nous sommes engagés à assurer que les artefacts du navire soient préservés indéfiniment et accessibles aux générations futures. Nous pensons que le passage à l’espace numérique nous permet de toucher un public plus large avec des programmes de qualité qui éduquent et inspirent. Nous sommes ravis d’avoir trouvé l’expertise et les partenaires qui nous aideront à atteindre ces objectifs.”

Le Titanic était un paquebot britannique exploité par la White Star Line. Le navire a heurté un iceberg et a coulé lors de son voyage inaugural en avril 1912, tuant 1 500 personnes. L’épave, qui a été découverte il y a près de quarante ans au fond de l’Atlantique Nord, a attiré l’attention du monde entier. 

Deux sociétés de Hong Kong participent à l’initiative

Il convient de noter que Venture Smart Financial Holdings (VSFH) et Artifact Labs sont toutes deux des sociétés basées à Hong Kong. Cette collaboration intervient alors que la ville a mis en avant des réglementations plus favorables à l’industrie crypto dans le but de récupérer sa position de hub crypto mondial. 

Comme indiqué, la Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong a révélé un nouveau régime réglementaire qui permettra aux investisseurs particuliers de négocier certains “tokens à forte capitalisation” sur des exchanges agréés, à condition que des garanties telles que des tests de connaissances, des profils de risque et des limites raisonnables d’exposition soient mises en place.

La tentative de Hong Kong de devenir un acteur plus important du Web3 implique de nouvelles réglementations couvrant une gamme de types d’actifs virtuels, y compris les NFT. Le directeur financier de la ville, Paul Chan, a déclaré qu’il allouerait 6,4 millions de dollars pour accélérer le développement de l’écosystème Web3 et libérer le potentiel de ce qu’il a appelé “l’Internet de troisième génération”.