Les autorités des Bahamas confirment que FTX fait l'objet d'une enquête "active"

Source: AdobeStock / Ruth P. Peterkin

Alors que les impacts de la faillite de FTX continuent de faire des ravages sur les marchés cryptos, les autorités des Bahamas, où l’exchange a son siège, enquêtent sur les activités de l'entreprise, selon Ryan Pinder, procureur général et ministre des Affaires juridiques de la nation. 

Dans une déclaration nationale au nom du gouvernement des Bahamas, le ministre a annoncé que la Commission des valeurs mobilières des Bahamas, l'Unité de renseignement financier et l'Unité des crimes financiers de la police font progresser leur enquête sur "les faits et les circonstances concernant l'insolvabilité de FTX, et toute violation potentielle de la loi des Bahamas".

"Ce soir, alors que je parle au nom du gouvernement, c'est en fait la Commission des valeurs mobilières des Bahamas qui est l'intervenant principal dans l’affaire actuelle, en tant que régulateur statutaire de sociétés comme FTX", selon Pinder. 

Une grande partie du discours du fonctionnaire a été consacrée à la défense de la réglementation nationale relative aux cryptomonnaies. Mr Pinder a signalé qu’à la suite de l'effondrement de FTX, le cabinet n'envisageait pas d'introduire des changements importants dans son cadre réglementaire. Le procureur général a souligné que, de son point de vue, la direction de l'entreprise était à blâmer pour la crise qui en a résulté. 

"Bien que les cryptomonnaies et les actifs numériques fassent partie d'une industrie nouvelle et complexe, à un niveau fondamental, les événements récents impliquant la crise d'insolvabilité du groupe de sociétés FTX ont eu des répercussions dans le monde entier", a déclaré Pinder. "Dans cette mesure, ce qui s'est passé peut être plus facilement compris comme un dysfonctionnement à grande échelle et le résultat de pratiques de gestion et de gouvernance d'entreprise très discutables."

Le ministre a également estimé que le ralentissement actuel du marché crypto finira par se terminer, ramenant l'industrie sur un chemin de croissance.

"Comme le boom et l'effondrement des dot com du passé, les turbulences que connaît actuellement le secteur des actifs numériques vont s'estomper, et il y a encore beaucoup de potentiel et d'opportunités à venir", selon Pinder. 

Pendant ce temps, les déboires juridiques de FTX se poursuivent également aux États-Unis, car les dernières informations disponibles suggèrent que la société de Sam Bankman-Fried était dans le collimateur des procureurs fédéraux bien avant son dépôt de bilan. 

Le bureau du procureur américain pour le district sud de New York, dirigé par le procureur Damian Williams, a passé plusieurs mois à examiner les exchanges cryptos qui ont des opérations basées aux États-Unis et à l'étranger. Dans le cadre de ces procédures, les procureurs de Manhattan avaient commencé à enquêter sur les opérations d'exploitation de FTX, selon des personnes familières avec le dossier.

Les procureurs américains seraient particulièrement intéressés par la conformité de FTX avec la loi sur le secret bancaire du pays. Cette loi instaure des mesures de lutte contre le blanchiment d'argent aux États-Unis en obligeant les acteurs du secteur financier à tenir des registres et à soumettre des rapports à des fins fiscales, pénales et réglementaires.