Les fondateurs de 3AC condamnés à une amende par le régulateur de Dubaï concernant l’exchange OPNX

| 3 min read

Alors que la procédure de faillite de la plateforme de prêts Three Arrows Capital (3AC) est loin d’être résolue, les obstacles réglementaires s’accumulent pour le nouvel exchange des anciens dirigeants de 3AC, OPNX. En effet, le régulateur de Dubaï a publié un communiqué dans lequel il a annoncé avoir pris de nouvelles mesures à l’encontre d’OPNX.

Nouveau coup dur pour OPNX à Dubaï : amendes contre l’exchange et ses fondateurs

L’exchange OPNX avait été fondé par les anciens dirigeants de 3AC, Shu Zhu et Kyle Davies. La cascade de faillites qui se sont produites ces dernières années ont laissé de nombreux utilisateurs sans recours. Le but d’OPNX est de fournir aux petits investisseurs un moyen de pouvoir échanger leurs créances en attendant leur remboursement. Les activités de l’exchange semblent avoir rencontré un certain succès. Cependant, les régulateurs considèrent d’un mauvais oeil les zones d’ombre qui entourent le fonctionnement de l’exchange. En avril, le régulateur de Dubaï, la Virtual Asset Regulatory Authority (VARA), avait publié deux avis ordonnant à l’exchange de mettre un terme à ses activités sur son territoire.  

Dans ces deux avis, la VARA avait annoncé qu’OPNX était dans l’obligation de s’acquitter d’une amende. Cette amende s’élève à environ 10 millions de dirhams des Émirats arabes unis (ce qui représente environ 2,7 millions de dollars). La VARA a indiqué que cette amende restait à ce jour impayée. En conséquence, le régulateur a averti qu’il pourrait engager d’autres procédures contre OPNX. Celles-ci pourraient inclure des sanctions supplémentaires ou d’autres mesures exécutoires afin d’obtenir le recouvrement de cette amende.

La VARA avait également infligé une amende aux cofondateurs d’OPNX Su Zhu, Kyle Davies et Mark Lamb, ainsi qu’au PDG, Leslie Lumb. Ces pénalités individuelles de 200 000 dirhams (soit environ 54 000 dollars) ont été réglées par ces derniers.

Dubaï durcit-il sa position en matière de réglementation ?

Dubaï (et les Emirats Arabes Unis) est considéré comme un futur hub potentiel pour l’industrie crypto, notamment en raison de la clarté de sa réglementation. Cela ne signifie pourtant pas que Dubaï tolèrera les acteurs qui enfreignent ses lois. Le régulateur a indiqué que des sanctions avaient été appliquées à OPNX en raison des violations des lois sur le marketing, la publicité et les promotions de Dubaï. Par ailleurs, selon Bloomberg, cette décision intervient dans le cadre des efforts plus larges des Émirats arabes unis pour sortir de la «liste grise» des juridictions du Groupe d’action financière (GAFI).

Outre OPNX, Dubaï a également révoqué la licence MVP (Market Viable Product) provisoire délivrée à l’exchange BitOasis, invoquant le non-respect des conditions requises. Cependant, la VARA a permis à Binance d’obtenir une licence MVP opérationnelle. Le plus important exchange du marché est donc désormais autorisé à proposer des services de trading d’actifs virtuels aux investisseurs institutionnels et aux particuliers qualifiés. La situation relativement solide de Binance aux Emirats Arabes-Unis contraste fortement avec sa position désavantageuse dans d’autres juridictions.

Sources : Virtual Asset Regulatory Authority, Bloomberg