Les Nations Unies utilisent les stablecoins pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens

| 4 min de lecture
Source : Adobe

Les Nations Unies ont pris la décision de verser une aide humanitaire aux réfugiés ukrainiens par l’intermédiaire du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), en USDC. L’utilisation du stablecoin par la plus importante organisation internationale du monde pourrait-il marquer un point tournant et légitimer la place des stablecoins dans ce secteur ?

La distribution de l’aide aux réfugiés, un casse-tête pour les organisations humanitaires

Nico Cordeiro, qui a servi dans l’armée américaine de 2008 à 2015 et est aujourd’hui directeur des investissements du fonds spéculatif crypto Strix Leviathan, a décrit comment des milliards de dollars d’aide de la part des gouvernements du monde entier en faveur de l’Irak et de l’Afghanistan, ont été détournés par les Talibans : selon lui, des enveloppes d’argent liquide étaient distribuées aux villageois le matin, et les hommes d’Al-Qaida venaient les réclamer le soir après le départ des Occidentaux. 

Les stablecoins pourraient constituer un moyen viable pour remédier à ce problème. L’ONU a en effet mis en place un programme pilote d’aide basé sur la blockchain, avec le soutien de la Fondation Stellar. Par le biais de ce programme, le HCR procèdera au transfert de stablecoins USDC sur les portefeuilles Vibrant des bénéficiaires. Les bénéficiaires de l’aide peuvent ensuite convertir ces fonds en dollars, en euros ou en monnaie locale dans un point de vente MoneyGram. L’Ukraine compterait actuellement 4500 points de vente, selon le communiqué.

Carmen Hett, responsable de la trésorerie du HCR, a déclaré que : 

“(…) nous devons nous assurer que l’argent va exactement là où il est censé aller… et ils ont besoin d’argent en ce moment, donc la rapidité est essentielle”

Le choix de Vibrant par les Nations unies s’explique en partie par sa facilité d’utilisation du portefeuille pour les réfugiés. De plus, la Fondation Stellar collabore déjà avec le gouvernement ukrainien et la blockchain a été choisie pour effectuer les premiers tests du hryvnia numérique.

Des limites choisies par l’ONU

Cependant, les Nations Unies ne semblent pas prêtes à généraliser l’emploi des cryptomonnaies à une échelle plus vaste. Le HCR a en effet décidé de supprimer la fonctionnalité d’envoi et de réception des portefeuilles Vibrant. “Nous ne voulons pas permettre une utilisation à pleine capacité”, a déclaré Hett. “Ces personnes ont besoin d’argent liquide… Ce portefeuille n’est pas destiné à appuyer l’acquisition ultérieure d’actifs numériques, car ces personnes sont en situation précaire. Ils doivent pouvoir manger. Ils doivent pouvoir se loger, répondre à leurs besoins fondamentaux. L’objectif est donc différent”. 

Le HCR envisage toutefois d’ajouter des fonctionnalités destinées à assurer l’intégration avec la CBDC de l’Ukraine, dont le lancement est prévu pour le premier trimestre 2023. Le HCR pourrait également ajouter d’autres rampes d’accès ou de sortie supplémentaires pour faciliter l’utilisation des cryptomonnaies de manière plus générale. 

Denelle Dixon, PDG et directrice exécutive de la Fondation Stellar Development, a déclaré : 

“(…) nous aidons à mettre les fonds entre les mains de ceux qui en ont besoin – et ce, rapidement, de manière transparente et sans avoir besoin de comptes bancaires ou de cartes de crédit ou de débit. Nous sommes fiers de travailler avec le HCR pour le déploiement des innovations basées sur la blockchain qui joueront un rôle dans l’aide aux personnes en difficulté.”

Les cryptomonnaies ont joué un rôle non négligeable dans l’effort international pour venir en aide aux citoyens et au gouvernement ukrainien qui a d’ailleurs mis en place de nombreux portefeuilles cryptos pour les dons. Par ailleurs, l’intérêt pour les stablecoins, en particulier l’USDT (Tether), avait fortement augmenté au début de la guerre, entraînant une prime importante à l’achat d’USDT.