Les procureurs s’inquiètent de l’utilisation d’un VPN par Sam Bankman-Fried (FTX)

Ruholamin Haqshanas
| 4 min de lecture
Image Source: Pixabay

Les procureurs américains ont exprimé leur inquiétude quant à l’utilisation par Sam Bankman-Fried d’un VPN pour accéder à Internet pendant son assignation à résidence.

Dans une lettre adressée lundi au juge Lewis Kaplan du tribunal de district des États-Unis, le bureau du procureur de New York a déclaré avoir remarqué que l’ancien patron de FTX avait utilisé un VPN les 29 janvier et 12 février 2023

Le juge Kaplan supervise l’affaire du gouvernement qui accuse Bankman-Fried de plusieurs délits liés à FTX, dont la fraude, la conspiration et le blanchiment d’argent.

Un VPN masque l’adresse IP d’un utilisateur, ce qui permet aux gens de rester privés lorsqu’ils utilisent l’internet. Les avocats du gouvernement ont déclaré que cela pourrait être problématique dans le cas de SBF. Grâce au VPN, il peut en effet cacher les sites web qu’il visite et camoufler ses actions sur le net. Un VPN lui permet aussi d’avoir accès à des contenus Web autrement inaccessibles aux États-Unis, de réaliser des transferts de données indétectables et d’accéder au dark web.

“En d’autres termes, le fournisseur de services Internet ou des tiers (comme le gouvernement) ne peuvent pas voir quels sites Web un utilisateur visite ou quelles données sont envoyées et reçues en ligne”, ont écrit les procureurs.

Les avocats de SBF auraient déclaré que l’ancien PDG de FTX n’a pas utilisé le VPN à des fins néfastes

“Notre client a utilisé le VPN pour accéder à un abonnement international NFL Game Pass qu’il avait précédemment acheté lorsqu’il résidait aux Bahamas, afin de pouvoir regarder les matchs éliminatoires de la NFL”, ont-ils écrit dans une lettre séparée adressée au juge Kaplan.

La question de la communication continue à poser problème

La semaine dernière, le juge Kaplan a interdit à SBF d’utiliser des applications de messagerie qui effacent automatiquement les SMS. Cette mesure a été prise après que les procureurs ont affirmé que SBF avait tenté d’influencer certains témoins potentiels de son procès via le logiciel de messagerie cryptée Signal.

À l’époque, les avocats du gouvernement avaient déclaré que SBF avait été en contact avec “des employés actuels et anciens de FTX”. Invoquant la crainte d’une éventuelle subornation de témoins, les procureurs ont demandé au tribunal d’interdire à SBF d’utiliser la plateforme de messagerie, affirmant que cela est essentiel pour “empêcher toute obstruction à la justice.”

En janvier dernier, le ministère américain de la justice s’est opposé à ce que FTX engage le cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell, actuellement chargé de l’enquête sur l’échange, en invoquant des conflits d’intérêts potentiels.

M. Miller, le directeur juridique de FTX US, avait précédemment travaillé chez S&C pendant huit ans. Le DOJ a estimé que l’enquête placerait le cabinet juridique “dans la position conflictuelle d’enquêter sur lui-même et sur son ancien partenaire”.

FTX et son groupe de sociétés crypto ont déposé une demande de faillite en vertu du chapitre 11 début novembre 2022. Sam Bankman-Fried, le fondateur de FTX, a ensuite été arrêté aux Bahamas après que les procureurs américains ont formellement déposé des accusations criminelles contre lui. Il a finalement été extradé aux États-Unis où il a été libéré après avoir déposé une caution de 250 millions de dollars devant un tribunal de New York.

Le DOJ a déposé huit accusations criminelles, y compris la fraude électronique, le blanchiment d’argent, la fraude sur les valeurs mobilières, la fraude sur les matières premières et la conspiration pour violer les lois sur le financement des campagnes électorales contre SBF.

La Commodity Futures Trading Commission a également inculpé SBF au civil pour fraude et a déclaré que FTX et Alameda Research avaient causé la perte de plus de 8 milliards de dollars de dépôts de clients. La Securities and Exchange Commission a porté des accusations similaires.

Lundi, un juge new-yorkais a mis en suspens les poursuites contre SBF engagées par la SEC et la CFTC, donnant la priorité aux poursuites pénales contre le patron de la crypto. Il a fait valoir que l’issue de l’affaire pénale aurait probablement une incidence sur les questions en suspens dans les affaires civiles.

Suivez nos liens d’affiliés:

  • Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 
  • Pour acheter des cryptomonnaies au Canada visitez Bitbuy
  • Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous un portefeuille Ledger
  • Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l’application NordVPN

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à nos réseaux sociaux: