L’Inde a formé pas moins de 3 000 policiers pour enquêter sur les cryptomonnaies

Thomas Julia
| 2 min de lecture

L’Inde est devenue un acteur majeur de l’écosystème crypto. Au point que l’on apprenait le mois dernier que le pays prépare une législation pour réguler le secteur, écartant ainsi toute interdiction totale, encore en vigueur dans de nombreux pays. Alors que les investissements de grandes entreprises du secteur se multiplient dans le pays, les autorités se préparent à lutter contre la criminalité qui parfois en résulte.

La police indienne formée pour lutter contre la criminalité liée aux cryptos


Ainsi, on apprend aujourd’hui, à travers le rapport annuel du ministère indien de l’Intérieur (MHA) que pas moins de 3000 fonctionnaires de divers services de cybercriminalité et de police ont été formés à aux enquêtes sur les crypto-monnaies au cours de l’exercice 2022-2023.

Le MHA a souligné que, sous l’égide du Bureau de contrôle des stupéfiants (l’agence centrale indienne d’application de la loi et de renseignement) 141 agents ont été formés aux enquêtes sur le darknet et les crypto-monnaies. Ils ont également suivi d’autres ateliers liés aux empreintes numériques et à la collecte de renseignements et de preuves à partir de sources ouvertes et des médias sociaux, pour en nommer quelques-uns.

En outre, le Centre indien de coordination de la cybercriminalité a formé plus de 2 800 responsables de la cyberpolice aux enquêtes liées à la crypto ainsi qu’à d’autres technologies émergentes telles que les réseaux d’anonymisation et les enquêtes sur l’utilisation abusive d’applications mobiles dans le cyberespace.

Le pays de Gandhi continue d’explorer ce que peut faire la blockchain


Alors que l’Inde se prépare à lutter contre d’éventuels crimes liés à la cryptographie dans un contexte d’adoption accrue, le pays continue d’explorer les cas d’utilisation courants de la blockchain. La société pétrolière et gazière publique indienne, Hindustan Petroleum (HPCL), a récemment lancé un système de blockchain pour permettre la vérification automatisée des bons de commande.

HPCL s’est associé à la société de logiciels blockchain Zupple Labs pour intégrer sa technologie d’accréditation numérique basée sur la blockchain dans le système de bons de commande.

“La mise en œuvre permet d’automatiser la vérification des bons de commande HPCL auprès de parties externes”, a déclaré un porte-parole de HPCL. “Cela fonctionne en intégrant le système blockchain avec l’ordre d’achat électronique interne de HPCL. Cela génère des documents officiels vérifiables et inviolables”, a noté le représentant.

Contrairement au gendarme financier américain qui multiplie les procès contre les opérateurs cryptos, l’Inde semble adopter une approche plus pragmatique. Parallèlement à une adoption législative, le pays se dote d’une force de lutte contre la cybercriminalité. En d’autres mots, laisser sa place au secteur des cryptos tout en s’assurant de ne pas se laisser dépasser.


Sources : Cointelegraph


Sur le même sujet :