BTC 0.04%
$65,117.92
ETH -0.59%
$3,530.37
SOL -2.19%
$134.43
PEPE -0.61%
$0.000011
SHIB -0.45%
$0.000018
DOGE 0.20%
$0.12
XRP 0.21%
$0.49

Mastercard, Visa : précieux partenaires des start-up Web3

Paul Guillot
| 5 min de lecture

Le duopole des cartes de crédits tenu par les géants américain Mastercard et Visa a noué de nouveaux partenariats avec plusieurs start-up du Web3, notamment des bourses d’échange de crypto actifs. Cela alors que les responsables gouvernementaux de la plupart des pays occidentaux s’efforcent de réglementer l’industrie, et que cette dernière a récemment accusée de durs coups (faillites de Silvergate Bank, de la SVB et de la Signature Bank).

Des actes au milieu du bruit

Les géants du paiement par carte bancaire, les sociétés, toutes deux américaines, Visa et Mastercard, prévoient de signer une flopée de contrats avec des acteurs clefs du Web3 et du secteur des cryptomonnaies, les bourses d’échange de crypto actifs. Qu’est-ce que ça veut dire ? Eh bien, ça veut dire que les mastodontes de la solution de paiement par carte accentuent leur implication dans l’univers des cryptos. 

Concrètement, Visa et Mastercard vont imprimer des cartes de débits liées à diverses bourses d’échange, ce qui va permettre à ces dernières d’accéder à un réseau de paiement mondial et à leurs clients l’utilisation des cryptomonnaies qu’ils possèdent pour effectuer toutes sortes d’achats. 

Quelques exemples des partenariats entre les bourses d’échange de crypto actifs et les géants du paiement “traditionnel” prouvent bien que le secteur est prometteur, et qu’il n’est pas en concurrence directe avec les acteurs historiques comme Mastercard ou Visa. 

Binance


La société la plus rapide a voir atteint un milliard de dollars de profit, la bourse d’échange Binance, fondée par le célèbre Changpeng Zhao, a récemment lancé une carte crypto prépayée via un partenariat avec Mastercard au Brésil, permettant aux résidents locaux d’effectuer des achats et de payer des factures avec leurs cryptomonnaies, et cela à la seule condition de pouvoir présenter une carte d’identité nationale.

Rappelons qu’en Amérique du Sud, Binance et Mastercard s’étaient déjà associées, il y a de cela un an, pour proposer une carte similaire en Argentine.

Bit2Me


Le mois dernier, Bit2Me, la bourse d’échange de crypto actifs la pus importante d’Espagne, a lancé une carte de débit émise par Mastercard offrant un cashback de 9% à ses clients. L’échange s’était déjà associé au fournisseur de paiement pour sa carte d’origine, qui permettait la conversion de crypto actifs en monnaie fiduciaire.

La carte fonctionne jusqu’à présent avec huit cryptomonnaies. Elles peuvent être liées à un portefeuille digital (wallet), et l’échange espagnol a l’intention d’ajouter plus de cryptomonnaies compatibles avec ce service à mesure que l’année avance. 

Bitso


La bourse latino-américaine Bitso a également déployé une carte de débit Mastercard au Mexique ce mois-ci, offrant des récompenses en cryptomonnaies sur les achats effectués avec ladite carte. 

D’après la bourse d’échange, plus de 100 000 utilisateurs se sont déjà inscrits pour tester ce nouveau produit.

Bybit


Bybit, est basée à Dubaï. Elle a annoncé ce mois-ci le lancement de la ByBit Card, en partenariat avec Mastercard et Moorland. La société a déclaré qu’elle fournirait une carte virtuelle gratuite pouvant être utilisée pour les achats en ligne, tandis qu’une carte physique sera lancée au mois d’avril prochain.

A priori, la carte sera accessible aux pays éligibles en Europe, c’est à dire ceux qui pratiquent une politique sérieuse de KYC et sont dotés des outils et garde-fous nécessaires à la lutte contre le blanchiment.  

Gate.io


Basée en Lituanie, la société à l’origine de l’échange de crypto actifs Gate.io, a révélé le lancement d’une carte de débit Gate en partenariat avec Visa.

Une liste d’attente et un processus d’inscription sont disponibles pour les clients dans la plupart des pays de l’espace économique européen.

L’implication de Visa et Mastercard ne faiblit pas

Alors que l’agence de presse américaine Reuters publiait il n’y a pas quinze jours un article qui annonçait le ralentissement des activités de Mastercard et Visa liées au secteur des crypto, cette dernière a rapidement nié le rapport, déclarant à nos confrères de Blockworks qu’ils continueraient de surveiller l’industrie de la crypto et de prêter attention aux développements réglementaires en cours tant aux Etats-Unis qu’en Europe. 

Le travail de Visa, a déclaré un porte-parole, consiste à :

soutenir un éventail de moyens de paiement et à étudier les nouvelles technologies susceptibles d’avoir un impact sur l’avenir des paiements A cette fin, nous nous concentrons sur le développement de nos compétences de base dans les couches d’infrastructures Web3 et l’évaluation des protocoles de blockchain qui pilotent le développement de l’univers des crypto actifs.

Quant à Mastercard, un de ses porte-parole a confié que :

[Les] efforts continuent de se concentrer sur la technologie sous-jacente de la blockchain et sur la manière dont elle peut être appliquée pour aider à résoudre les problèmes actuels et à créer des systèmes plus efficaces pour les consommateurs et les entreprises. [L’article de Reuters] est inexact et ne reflète pas nos activités et nos plans pour cet espace.

Nous continuons à travailler avec nos partenaires pour mettre sur le marché des solutions et des programmes de paiement pertinents pour les usagers, guidés par les principes fondamentaux de Mastercard dans les actifs numériques et l’espace blockchain – stabilité, conformité réglementaire et protection des consommateurs.

De son côté, Simon Schaber, directeur du développement commercial de SpoolDAO, a expliqué ce qu’il perçoit comme une situation gagnant-gagnant :

En s’associant à des sociétés de l’univers crypto, Mastercard est susceptible de gagner beaucoup d’argent grâce aux frais de transaction qu’elle va percevoir. 

Lorsqu’un client utilise une carte de débit crypto, des frais de transaction minimes sont prélevés sur le portefeuille du client et transférés à Mastercard.

 

Cet article est une traduction originale d’un article publié par Blockworks