La NBA est attaquée en justice pour le partenariat entre Voyager Digital et les Dallas Mavericks

Matthieu Dumas
| 3 min read

NBA Voyager Digital

La NBA a reçu une plainte de 100 pages intentée par un groupe d’investisseurs de Voyager Digital. Selon la plainte, la NBA aurait fait preuve de « négligence grave » lorsqu’elle a approuvé le partenariat entre les Dallas Mavericks et Voyager Digital, le prêteur crypto en faillite depuis 2022.

Un airball législatif de la NBA


La plainte du collectif est simple ; la NBA n’aurait pas assuré son rôle de « garde-fou », selon un document de plus de 100 pages déposé au tribunal de Miami :

« La promotion généralisée par la NBA des titres non enregistrés de Voyager la rend responsable de tous les dommages qui en résultent. »

Mise en faillite en juillet 2022, Voyager Digital a entrainé des pertes de plus de 4,2 milliards de dollars pour ses utilisateurs. Les plaignants estiment que la NBA aurait « délibérément décidé d’accepter les risques » de travailler avec des bourses cryptos, comme Coinbase, FTX et donc Voyager Digital.

Alors que la NBA jonglait avec des arènes vides et la perte de milliards en revenus télévisuels à cause de notre cher COVID-19, elle aurait décidé de faire équipe avec des échanges de cryptomonnaies , récoltant au passage « des milliards de compensations promotionnel ».

Le cabinet d’avocat de Voyager Digital, McCarter & English est aussi cité dans la plainte. Pour les plaignants, le cabinet d’avocat aurait joué de sa crédibilité et de son ancienneté pour émettre un « avis juridique » factice, selon lequel les offres de Voyager étaient tout à fait légales.

Le cabinet aurait aussi déclaré que le token Voyager n’était pas un titre non enregistré, et aurait joué de son statut pour « apaiser les inquiétudes des investisseurs et partenaires potentiels ».

En 2022, quelques mois après la mise en faillite de Voyager Digital, le même groupe attaquait en justice Mark Cuban, milliardaire et ancien propriétaire des Dallas Mavericks, pour les mêmes raisons. Il aurait fait la promotion de Voyager et des fausses déclarations sur le statut légal des cryptos. Le milliardaire nie en bloque.

Le groupe estime désormais qu’élargir la plainte à la NBA et au groupe d’avocats est « désormais évident », compte tenu des nombreux acteurs liés à ce litige.

Après-match : Mise en contexte


Pour rappel, Voyager Digital avait interrompu les retraits de sa plateforme en juillet 2022, pour déposer le bilan plus tard dans le même mois.

La raison principale de sa mise en faillite était son exposition importante au fonds spéculatif Three Arrows Capital (3AC), qui était rentré en liquidation judiciaire un mois plus tôt.

Les procès intentés contre des célébrités qui ont promu des cryptos ne sont pas rares aux États-Unis, surtout depuis l’effondrement de FTX, dont la marque de fabrique était des pubs extravagantes avec, en vedette, des stars connues mondialement.

La NBA rejoint donc le banc des accusés, avec l’écurie Mercedes F1, la Major League Baseball (MLB), la star du football américain Tom Brady, la star de la NBA Steph Curry, le commentateur de basket et ancien joueur Shaquille O’Neal et enfin l’humoriste Larry David.


Sources : Court Listener, Coin Telegraph


Sur le même sujet :

Quand des stars de NBA et leur famille débarquent sur un jeu NFT Les cartes à collectionner Top Shot NFT de la NBA bientôt régulées aux États-Unis?

Un juge américain suspend l’accord d’acquisition de Voyager Digital par Binance.US