Nigeria : les gendarmes financiers ordonnent à Binance de cesser ses activités

Thomas Renault
| 3 min de lecture

Nigeria : les gendarmes financiers ordonnent à Binance de cesser ses activitésSelon le régulateur des valeurs mobilières du Nigeria, Binance n’est ni enregistrée ni régulée dans le pays, ce qui rend ses activités illégales. Les autorités nigérianes ont pris des mesures en ordonnant à la plus grande plateforme d’échange de crypto-monnaies au monde, Binance, de cesser ses opérations dans le pays

Cette décision intervient après que Binance ait courtisé les investisseurs nigérians via un site web, une pratique jugée illégale par les autorités locales.

“Binance Nigeria Limited est par la présente exigée de cesser immédiatement de solliciter des investisseurs nigérians sous quelque forme que ce soit”, a déclaré la Securities and Exchange Commission (SEC) dans un communiqué daté du 9 juin. Elle a ajouté que la société n’était ni enregistrée ni régulée, ce qui la rend illégale.

Incertitudes légales entourant Binance : les récentes actions des autorités nigérianes et américaines

La semaine a été difficile pour la plateforme d’échange de crypto-monnaies Binance. Le 9 juin, les autorités nigérianes auraient déclaré l’échange illégal, seulement quelques jours après que Binance a été poursuivi par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Cette série d’événements a mis Binance sous les projecteurs et suscité des inquiétudes quant à la légalité et à la conformité de ses activités.

Cette semaine, la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a intenté un procès contre Binance et Coinbase, les accusant d’avoir enfreint ses règles.

L’année dernière, la SEC du Nigeria a publié un ensemble de réglementations concernant les actifs numériques, ce qui indique que le pays le plus peuplé d’Afrique cherche un compromis entre une interdiction totale des crypto-monnaies et leur utilisation non réglementée.

Défis et réglementations : Binance et la légalité des crypto-monnaies au Nigeria

Au Nigéria, Binance est une plateforme d’échange de crypto-monnaies populaire. Le pays est l’un des principaux centres de crypto-monnaies de la région et est le pays le plus peuplé d’Afrique. 

Une étude de Chainalysis révèle que la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord est en tête de l’adoption des crypto-monnaies dans le monde, avec des utilisateurs ayant reçu, 566 milliards de dollars de crypto-monnaies entre juillet 2021 et juin 2022, soit une augmentation de 48 % par rapport à l’année précédente.

Cette décision de poursuivre Binance fait suite aux développements réglementaires récents dans l’écosystème des crypto-monnaies au Nigéria. La banque centrale du pays ne reconnaît pas les crypto-monnaies comme un moyen de paiement légal et les banques commerciales sont interdites d’effectuer des transactions en crypto-monnaies depuis février 2021.

Le président nigérian récemment élu, Bola Tinubu, a suggéré une révision des réglementations de la SEC nigériane sur les actifs numériques afin de les rendre plus favorables aux entreprises.

Ces événements soulignent les défis auxquels Binance est confronté et suscitent des préoccupations quant à la légalité et à la conformité de ses activités dans le pays.

Il est important de souligner que la décision de la SEC ne remet pas en question l’intérêt croissant des Nigérians pour les crypto-monnaies, ni la légitimité de cette forme d’investissement. Au contraire, elle vise à garantir que les acteurs du secteur respectent les règles et réglementations en vigueur afin de protéger les investisseurs et la stabilité financière du pays.

Sources : cointelegraph, BinanceAfrica