OKX dans la tourmente ? L’exchange crypto devrait faire l’objet d’une enquête en Corée du Sud

Charles Ledoux
| 2 min read

La Digital Asset eXchange Alliance (DAXA), composée des cinq plus gros exchanges de la Corée du Sud, a déclaré à TheBlock avoir signalé OKX aux autorités locales pour des opérations sans enregistrement approprié.

L’exchange OKX en pleine tourmente en Corée du Sud

Ce mercredi, la Digital Asset eXchange Alliance (DAXA), composée des cinq plus gros exchanges du pays, a déclaré à TheBlock avoir signalé OKX aux autorités locales pour des opérations sans enregistrement approprié.

Pour rappel, la Digital Asset eXchange Alliance (DAXA) est composée d’Upbit, Bithumb, Coinone, Korbit et Gopax et a été fondée en 2022. Leur objectif étant de “mettre en place l’organe consultatif autonome pour la croissance saine de l’industrie de la crypto et la protection des investisseurs.”

En somme, les allégations de la DAXA incluent des activités illégales et des tactiques promotionnelles douteuses. En effet, selon eux, l’exchange OKX aurait fait appel à des influenceurs locaux pour attirer de nouveaux utilisateurs.

D’après le média local News1, OKX aurait “fait la promotion active de Jumpstart en utilisant des influenceurs d’actifs virtuels sur Telegram.”

La balle est dans le camps des régulateurs locaux


Par conséquent, la DAXA a donc accusé l’exchange “d’opérer en Corée sans le signaler” et a en conséquence transmis le rapport à l’Institut d’analyse d’information financière (Financial Intelligence Unit FIU).

Un porte-parole de DAXA a confirmé à TheBlock que la décision revenait à la “cellule de renseignement financier.”

En août 2022, les autorités coréennes avaient notifié 16 exchanges, dont OKX et KuCoin, comme ayant enfreint certaines lois sur l’information financière.

En effet, en Corée du Sud, chaque exchange doit s’enregistrer afin de proposer des services de cryptomonnaies. Depuis l’affaire Terra Luna, l’écosystème crypto en Corée tente d’instaurer un système de régulation propice au bon développement de l’industrie.

C’est dans ce contexte que la Commission des services financiers de la Corée du Sud (FSC) a notamment lancé le VASP, pour rendre la régulation plus stricte dans le pays.

Par ailleurs, une roadmap devrait être établi et les autorités devraient “mettre en place un système de surveillance du commerce excessif d’ici avril.”

“Les dommages causés par des actes injustes tels que la cotation de fonds, les citations, la manipulation de la distribution, sapent la confiance du marché. Il est difficile de s’attendre au développement de l’industrie des actifs virtuels sans l’éradication de tout acte violent… Nous demandons d’équiper pleinement l’ensemble de l’organisation, du système et des systèmes de contrôle interne jusqu’à ce que les forces de l’ordre soient appliquées,” déclare le directeur financier Lee Hyun-hyun.

Par ailleurs, les régulateurs seraient même sur le point de consulter Gary Gensler, le chef de la SEC, pour discuter de la réglementation de l’industrie crypto.


Source : TheBlock


Sur le même sujet :