On-chain, off-chain, cross-chain, multichain, interchain, vous êtes perdu ? On vous explique tout

Alm Maye
| 4 min de lecture

on-chain-off-chain-cross-chain-multi-chain-interchain-explication

En raison des nouveaux défis fonctionnels qui ont marqué son fonctionnement, la technologie blockchain a évolué. 

Aujourd’hui, on entend souvent parler de réseaux on-chain, off-chain, cross-chain, multichain, ou interchain. Si vous ignorez encore ce qu’ils représentent et leur fonctionnement, vous êtes sur la bonne page. 

Les transactions on-chain : pour un niveau de transparence et de sécurité optimale


Les transactions on-chain reprennent les fondamentaux de la blockchain. Ce sont en réalité des échanges effectués directement sur un réseau blockchain donné. Ici, le fonctionnement repose sur un système de validation en bloc sans intermédiaire. 

Lorsqu’une transaction est initiée par un utilisateur, l’information est envoyée sur la blockchain. Ceci dans l’objectif que les participants du réseau valident et intègrent la transaction sur un bloc. Ce processus est notamment celui adopté sur les blockchains Bitcoin et Ethereum

Dans le cas du réseau de Satoshi Nakamoto, le mécanisme de validation appliqué est celui du Proof-of-Work (PoW). À ce niveau, ce sont les mineurs qui servent de validateur, résolvant des calculs complexes nécessaires pour l’ajout de blocs. 

Par contre, Ethereum utilise le protocole du Proof-of-Stake (PoS). Ayant d’abord adopté celui du POW, le réseau de Vitalik Buterin fonctionne avec ce mécanisme depuis septembre 2022. Les validateurs de ce réseau on-chain doivent tout simplement staker leurs jetons pour valider les transactions.

L’avantage avec les transactions on-chain réside dans la transparence et la sécurité de l’écosystème. Tout ceci avec un point d’honneur mis sur la décentralisation des activités. 

Les transactions off-chain : une solution pour relever les défis de scalabilité des réseaux on-chain 


Malgré leurs apports en matière de sécurité et de transparence, les transactions on-chain ont finalement montré des limites. Cela concerne notamment les questions de scalabilité et de rapidité des transactions. Ainsi, pour corriger ces insuffisances, les développeurs ont mis sur pied les réseaux off-chain

Contrairement à la méthode on-chain, les transactions off-chain ne se déroulent pas de bout en bout sur la blockchain. Elles sont en effet transférées à un tiers qui s’occupe d’une partie du processus de validation. Il peut s’agir d’un Layer-2 affilié à la blockchain principale ou encore d’un canal de paiement.

Une fois que le travail est fait, les transactions sont renvoyées et enregistrées sur le réseau principal. Avec cette approche, les échanges se réalisent plus rapidement, avec des frais moins importants. 

Toutefois, à force d’innover, les réseaux off-chain font face à certains problèmes, notamment en termes de sécurité et de transparence. Les Layer-2 comme Lightning Network, Optimism ou Polygon sont au cœur de ce système en 2024. 

Les réseaux cross-chain : au cœur de l’interopérabilité entre différentes blockchains indépendantes 


Les réseaux cross-chain ont vu le jour pour apporter des solutions en matière d’interopérabilité entre blockchains. Un écosystème cross-chain permet le transfert d’actifs et de données entre plusieurs blockchains indépendantes. 

Cette technologie assure des transactions sécurisées entre des DApps et des contrats intellligents présents sur des réseaux distincts. Elle sert de liaison pour les réseaux crypto, tout en axant son fonctionnement sur la transparence. Ici aussi, aucune intermédiation n’est nécessaire. 

Les transactions se font en toute efficacité, profitant des solutions innovantes de ce type de blockchains. 

Au nombre des réseaux cross-chain, on retrouve Synapse Protocol, Arbitrum Bridge ou le Portal Token Bridge de Wormhole.

Toutefois, il faut noter que l’adoption des transactions cross-chain occasionne des frais sur chaque blockchain impliquée. Ce qui entraîne une augmentation des frais couvrant l’opération. 

Les réseaux multichain : une technologie englobant plusieurs réseaux 


À l’instar des réseaux cross-chains, les réseaux multi-chains permettent l’interaction entre différentes blockchains. La différence réside dans le fait qu’un projet multichain englobe plusieurs réseaux. Autrement dit, ces écosystèmes évoluent dans plusieurs réseaux simultanément. 

Au niveau de leur architecture, les systèmes multichain présentent deux niveaux structurels : le consensus et l’application. Le premier élément assure une sécurité globale pour toutes les blockchains du réseau. 

L’application est quant à elle élaborée au-dessus du consensus et permet aux réseaux indépendants d’avoir des fonctionnalités exclusives. 

Comme les réseaux cross-chains, la rapidité est de mise avec la technologie multi-chain. Cela dit, il peut arriver qu’ils observent quelques phases de latence. 

Cosmos est une blockchain multichain de référence qui offre à la fois une communication sécurisée et l’interopérabilité entre divers réseaux. 

Une crypto-monnaie peut aussi être multichain lorsqu’elle est lancée sur plusieurs blockchain simultanément. 

Le memecoin Dogeverse est par exemple nativement multichain. Il est lancé sur six réseaux, à savoir : Ethereum, BNB Chain, Polygon, Avalanche, Base et Solana. 

Et c’est grâce aux protocoles cross-chain comme Portal Token Bridge que le Dogeverse est disponible sur tous ces réseaux.

Le réseau interchain : l’Internet des blockchains 


Interchain

Le terme interchain a vu le jour dans l’écosystème Cosmos pour décrire les applications construites avec une approche agnostique couvrant tous les écosystèmes Web3.

Le réseau interchain est un écosystème qui prend en charge à la fois des jetons, des portefeuilles, des DApps et autres services. 

L’avantage avec cette technologie réside dans le fait qu’elle est en constante expansion, comme Internet. 

Dans son fonctionnement, l’écosystème interchain se présente comme un réseau de blockchains indépendantes. Il est alimenté par des algorithmes de consensus avec Byzantine Fault-Tolerance (BFT). Les éléments présents dans ce réseau sont connectés grâce au protocole de communication inter-blockchain (IBC)

Financé par la Fondation Interchain, ce réseau se développe de manière dynamique. Selon l’académie des développeurs interchains, il regroupait plus de 70 jetons en 2023, soit près de 42,5 milliards de dollars. Parmi les actifs présents, on peut compter des jetons fongibles, mais aussi des NFT. 

Aussi, des centaines d’applications et services y sont dénombrés. Ce qui fait de ce réseau une place forte dans l’univers prometteur de la DeFi en 2024.


Source : Wormhole


Sur le même sujet :