OPNX fait une offre de 30 millions de dollars pour la société crypto Hodlnaut

Siméon Allegaert
| 4 min de lecture

Alors que le marché crypto traverse une période marquée par le durcissement du cadre réglementaire aux États-Unis, la plateforme crypto OPNX aurait fait une offre à hauteur de 30 millions de dollars pour racheter la société de prêt Hodlnaut

Hodlnaut : une opération de rachat proposée par OPNX pour un montant de 30 millions de dollars

OPNX a pour objectif principal de faciliter le trading des créances liées aux plateformes d’échange en faillite comme FTX, Gemini Trust ou Celsius Network. Le projet bénéficie du soutien des cofondateurs de Three Arrows Capital, à savoir Su Zhu et Kyle Davies, ainsi que de Mark Lamb, le directeur général de Coinflex.

D’après le rapport, OPNX a proposé d’injecter 30 millions de dollars de jetons FLEX dans Hodlnaut pour financer un remboursement partiel des créanciers. L’entreprise était autrefois l’un des plus importants prêteurs cryptos du marché avec plus de 100 millions de dollars de fonds clients

Source : Hodlnaut

D’après les données communiquées par Bloomberg, cet accord de rachat devrait permettre à OPNX de détenir 75 % de Hodlnaut. Néanmoins, le plan reste soumis à l’approbation des créanciers de Hodlnaut, et si ce dernier est approuvé, alors les utilisateurs recevront 30 % de leur créance en FLEX et autres cryptomonnaies.

À noter que la société Hodlnaut a été placée sous le régime de protection des créanciers par la Haute Cour de Singapour dans le courant de l’été 2022.

À la même période, Three Arrows Capital s’est placée sous la protection du chapitre 15 de la loi sur les faillites aux États-Unis. La demande a été déposée dans le district sud de New York. Entre-temps, les liquidateurs de Three Arrows réclament plus d’un milliard de dollars à Zhu et Davies.

Un paysage crypto encore fortement marqué par la série de faillites en 2022

Basé à Singapour, Hodlnaut a fait durement les frais de la crise qui a frappé l’ensemble du secteur crypto au cours de 2022, conduisant à la faillite d’un grand nombre d’entreprises spécialisées dans les prêts crypto, dont BlockFi, Voyager Digital, et Three Arrows Capital.

Concernant Hodlnaut, l’entreprise a interrompu ses retraits en août 2022 après avoir perdu environ 190 millions de dollars à la suite du krach de Terra Luna et de la déchéance de son fondateur Do Kwon.

Do Kwon. Source : YouTube

L’ancien directeur de Terraform Labs, une société également basée à Singapour à l’origine du stablecoin TerraUSD et de la crypto-monnaie Luna, a été arrêté au Montenegro en mars 2023 alors qu’il s’apprêtait à monter à bord d’un avion en route vers les Émirats Arabes Unis.

Il s’agit d’une destination qui n’a sans doute pas été choisie à la légère car, comme Singapour, le pays dispose d’un cadre très largement favorable vis à vis du secteur crypto.

États-Unis & Émirats Arabes Unis : des cadres réglementaires à géométrie variable

Les Émirats Arabes Unis ont réussi à se positionner comme une destination incontournables pour les entreprises crypto sur la période actuelle grâce à une large gamme de lois destinées à encadrer les actifs numériques, renforçant ainsi la clarté du cadre juridique de la région. En outre, c’est l’une des raisons principales qui a poussé Binance à déclarer qu’elle considérait le pays comme son prochain centre opérationnel.

Ce contexte séduit un nombre croissant d’entreprises basées sur le territoire américain en raison des attaques régulières des agences de régulation locales sur les différents acteurs de l’écosystème. 

C’est notamment le cas de la Securities and Exchange Commission (SEC) et de son Président, le dénommé Gary Gensler, qui avait annoncé à la télévision américaine au mois de mars 2023 que son pays n’avait tout simplement pas besoin de monnaies numériques additionnelles. Selon lui, les États-Unis disposent déjà d’une monnaie numérique de premier plan avec le dollar. 

Source : Bloomberg