. 3 min read

Ordinals : départ du créateur et record de transactions

La planète crypto n’a pas fini de nous surprendre. Parmi les événements marquants de ces derniers mois, l’explosion du protocole Ordinals sur la blockchain Bitcoin, qui a atteint le chiffre impressionnant de 10 millions d’inscriptions en moins d’un semestre, est sans doute l’un des plus remarquables.

Source: Dune Analytics

Ce bond phénoménal s’est produit peu de temps après que le créateur du protocole, Casey Rodarmor, ait annoncé son retrait du projet, laissant entrevoir un avenir autant incertain qu’exaltant pour cette innovation technologique.

La montée fulgurante du protocole Ordinals

Depuis son introduction en janvier 2023, le protocole Ordinals s’est affirmé comme une solution privilégiée pour l’émission de nouveaux actifs sur la blockchain Bitcoin. Il se distingue par son principe innovant d'”inscription” de données dans la partie témoin des transactions Bitcoin, avec chaque inscription étant adossée à un satoshi, l’unité indivisible la plus petite de BTC. En quelque sorte, il s’agit de NFTs sur la blockchain BTC.

Mais la véritable révolution se produit en mars avec l’arrivée du standard de token BRC-20, introduit par le développeur pseudonyme “Domo”, faisant référence aux tokens ERC-20 de la blockchain Ethereum.

Cette innovation permet pour la première fois dans l’histoire de Bitcoin, de créer de nouveaux tokens, déclenchant ainsi un afflux sans précédent d’inscriptions Ordinals. Selon les données de BRC-20.io, à prendre avec un certain recul en raison de mises à jour tardives, le nombre de tokens basés sur Bitcoin a connu une croissance fulgurante, passant de quelques centaines à plus de 25 000 à l’heure actuelle. La capitalisation de marché globale des BRC-20 est actuellement de 289 millions de dollars, selon le site d’analyse Coingecko, et un volume de trading sur 24h de plus de 30 millions de dollars.

Source: Coingecko

Les controverses et défis autour d’Ordinals

Malgré cette croissance remarquable, Ordinals a suscité une série de critiques et de controverses. En effet, de nombreux défenseurs de Bitcoin ont pointé du doigt l’inefficacité et le gaspillage associés à l’inscription des actifs sur le réseau, mettant en lumière les contraintes en termes d’espace de bloc et d’augmentation des frais de transaction.

Source: YCharts

Face à ces préoccupations, d’autres développeurs ont commencé à explorer des alternatives, comme l’utilisation de contrats intelligents pour l’émission d’actifs et de tokens non fongibles (NFT) sur Bitcoin, ou même la censure des Ordinals. Néanmoins, les partisans d’Ordinals saluent le protocole pour sa capacité à attirer de nouveaux utilisateurs dans la communauté Bitcoin. Pour preuve, l’investisseur et critique anti-Bitcoin, Peter Schiff, a récemment émis un petit nombre de NFT sur Bitcoin via le protocole Ordinals, marquant sa première interaction avec Bitcoin au-delà de ses critiques habituelles. 

Sans conteste, l’avènement du protocole Ordinals a joué un rôle majeur dans l’augmentation des frais de transaction Bitcoin. Toutefois, cette effervescence a été bénéfique pour les mineurs, qui ont vu plus de 44 millions de dollars de frais liés à Ordinals s’accumuler, selon les données de Dune Analytics.

Au moment où Casey Rodarmor passe le flambeau à @Raphjaph, un nouveau chapitre s’ouvre pour le protocole Ordinals. Entre les défis liés à l’efficacité et le potentiel révolutionnaire des contrats intelligents, l’avenir de la création d’actifs et de NFT sur Bitcoin est plus que jamais ouvert à l’innovation. Que nous réserve cette nouvelle ère ? Une seule chose est sûre : la blockchain Bitcoin continuera d’étonner le monde de la crypto.

Sources : Dune, Coingecko, Peter Schiff, Domo, Casey Rodarmor