Le PDG de Binance, Changpeng Zhao, applaudit la promulgation de la nouvelle loi européenne sur les crypto-actifs, MiCA

Jimmy Aki
| 5 min de lecture

Le Parlement Européen a promulgué la loi sur les crypto-actifs, MiCA (Markets in Crypto-Assets), et le grand acteur de l’industrie et PDG de Binance, Changpeng Zhao, a fait part de son soutien à cette nouvelle réglementation.

L’Union Européenne introduit la loi sur les marchés des crypto-actifs, MiCA

L’Union européenne a adopté un nouveau projet de loi pour faire face à la progression constante du marché crypto.

Pendant longtemps, l’absence de réglementation dans l’industrie crypto était une préoccupation majeure pour plusieurs organismes réglementaires.

Dans le but de prévenir les risques liés à l’industrie crypto, les organismes de réglementation de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis ont mené une répression sévère contre les exchanges et les services cryptos.

La réglementation MiCA est considérée comme une évolution bienvenue par de nombreux utilisateurs, en particulier les investisseurs, car la loi garantirait que les exchanges cryptos soient tenus responsables des pertes occasionnées sur leurs plateformes.

L’une des personnalités les plus connues de la cryptosphère, Changpeng Zhao, PDG de l’exchange Binance s’est rendu sur Twitter pour saluer l’adoption de la nouvelle réglementation.

Selon CZ, ce nouveau projet de loi du bloc européen crée des réglementations sur mesure qui protégeraient mieux les investisseurs au lieu de faciliter la chasse aux sorcières dans une industrie en plein essor.

“Les menus détails seront importants, mais dans l’ensemble, nous pensons qu’il s’agit d’une solution pragmatique aux défis auxquels nous sommes collectivement confrontés. Il existe désormais des règles du jeu claires pour que les exchanges cryptos fonctionnent dans l’UE”, a-t-il ajouté.

Le leader de l’industrie a exprimé sa volonté d’apporter plusieurs modifications au cadre opérationnel de Binance au cours des 12 à 18 prochains mois afin de se conformer pleinement à ces lois nouvellement publiées.

Les législateurs européens ont voté jeudi pour adopter une nouvelle loi sur la réglementation des transferts de fonds (Transfer of Funds), avec 529 voix pour, 29 contre et 14 abstentions.

Un autre vote a été organisé pour l’adoption de la loi MiCA, qui a reçu 517 voix pour, 38 voix contre et 18 abstentions.

Dans un tweet, Mairead McGuinness de la Commission européenne a applaudi l’initiative des législateurs européens, décrivant cette décision comme une première mondiale pour l’espace crypto.

Il faut souligner que ces deux dernières catégories n’incluent ni la finance décentralisée (DeFi) ni les jetons non fongibles (NFT).

Les implications de MiCA pour l’industrie crypto

L’une des principales applications de MiCA se situe au niveau des transactions en cryptomonnaies, et les transferts supérieurs à 1 000 € à partir de portefeuilles auto-hébergés peuvent être tracés et même bloqués en cas de suspicion.

Cette règle ne s’applique pas aux transferts de personne à personne qui n’impliquent pas de fournisseur ou aux transferts entre fournisseurs agissant en leur nom.

La réglementation des actifs cryptos est considéré comme une étape importante pour le secteur, car il établit un ensemble cohérent de règles et de mesures pour les activités liées à la crypto dans toute l’Union européenne.

Cette décision devrait apporter clarté, stabilité et sécurité au secteur et ouvrir la voie à une adoption et une intégration plus larges dans le système financier traditionnel.

La réglementation MiCA a répondu à plusieurs préoccupations, notamment l’utilisation des cryptomonnaies pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et d’autres crimes.

Une autre préoccupation soulevée dans MiCA concerne les questions de transparence, de divulgation, d’autorisation et de supervision des transactions mentionnées précédemment.

La disposition garantit également que les consommateurs et les investisseurs soient informés des risques, des coûts, des charges et des implications de leurs opérations.

MiCA a également mis en place des mesures strictes contre la manipulation des marchés.

La loi aborde également les implications environnementales des cryptomonnaies, exigeant des fournisseurs de services qu’ils divulguent leur consommation d’énergie et qu’ils explorent des sources d’énergie alternatives pour réduire leur empreinte carbone.

L’UE devance les États-Unis en matière de clarté dans l’industrie crypto

Étant donné que les discussions sur la réglementation de l’industrie crypto durent depuis des années, la récente décision de l’UE témoigne des efforts et de l’approche ouverte adoptée par l’Europe vis-à-vis de l’économie des actifs numériques.

Jusqu’à présent, plusieurs gouvernements ont opté pour une approche agressive vis-à-vis-de l’industrie crypto (tout en adoptant la technologie) ou ont fourni peu de clarté sur le sujet, ce qui rend impossible d’attirer les investisseurs traditionnels dans l’espace.

L’un des pays ayant adopté une approche réactive en matière de réglementation est les États-Unis, qui ont lancé une vague de répression depuis le début de l’année.

Après avoir intenté un procès contre la société de paiements blockchain Ripple, plusieurs autres acteurs de l’industrie crypto comme Gemini, Binance ou encore Coinbase, sont dans le collimateur des autorités fédérales de la plus grande économie du monde.

Le manque de clarté persistant pousse actuellement davantage d’entreprises à l’étranger, Gemini ayant décidé d’ouvrir un pôle d’ingénierie en Inde.

Coinbase a emboîté le pas à Gemini et prête actuellement main forte à la division blockchain du gouvernement britannique après avoir obtenu une licence d’exploitation du gouvernement des Bermudes.