La police taïwanaise met la main sur une affaire de blanchiment d’argent à 324 millions d’USDT

Thomas Julia
| 2 min de lecture


Les autorités taïwanaises ont annoncé à travers un communiqué avoir démantelé ce qui semble être la plus grande opération de blanchiment d’argent liée à la crypto dans le pays . Une opération qui implique un montant colossal de 324,2 millions d’USDT. Une affaire qui met aussi en lumière les mécanismes complexes des activités illicites basées sur la crypto et leurs connexions mondiales.

Une opération frauduleuse bien huilée


Le Bureau d’Investigation Criminelle de Taïwan précise que l’affaire avait pris une tournure décisive en juin, lorsque la police a appréhendé un suspect nommé Chiu, suspecté d’avoir joué un rôle central dans cette affaire. Son nom est apparu dans une affaire de fraude à l’investissement révélée en octobre 2022. Outre Chiu, 3 autres individus, soupçonnés d’être associés à ce vaste réseau d’activités financières illicites, ont également été arrêtés.

L’enquête a dévoilé une opération frauduleuse bien huilée : le groupe à l’origine de cette arnaque demandait à ses victimes de transférer leurs fonds vers des comptes fictifs. Une fois ces sommes perçues, elles étaient acheminées vers des plateformes d’échange de crypto-monnaies à l’étranger ou vers des traders individuels. Chiu, quant à lui, est accusé d’avoir récupéré ces cryptos pour les convertir ensuite en espèces. Ce qui lui permettait de masquer l’origine des fonds.

L’enquête a également révélé que Chiu avait effectué de nombreux voyages à l’étranger. Il aurait notamment été en communication avec des organisations liées aux jeux d’argent et à la fraude. C’est d’ailleurs à l’aéroport international de Taoyuan, alors qu’il revenait d’un voyage à Taïwan, qu’il a été appréhendé.

Le coup de filet a permis de saisir de nombreuses preuves et actifs liés à cette opération de blanchiment d’argent, dont une Lamborghini, une LEXUS LM, trois montres de luxe, des téléphones professionnels et des stupéfiants.

Un affaire qui tombe en plein processus législatif


Cette affaire tombe moins d’une semaine après que le Parlement du pays a adopté en première lecture un projet de loi régulant les activités liées aux cryptos. L’objectif principal de ce texte de 30 pages est de renforcer la protection des clients et d’assurer une surveillance efficace du secteur.

Il décrit les exigences pour les fournisseurs de services d’actifs virtuels (VASP) et les obligations proposées, notamment la séparation des fonds des clients des fonds de réserve de l’entreprise, la mise en œuvre d’un système de contrôle et d’audit interne et l’affiliation à l’association professionnelle locale.

En vertu de la législation proposée, les VASP qui opèrent sans licence pourraient être confrontés à des amendes allant d’un minimum de 2 millions de dollars taïwanais (environ 60 000 dollars) à un maximum de 20 millions de TWD (600 000 dollars). De plus, les entreprises actuellement actives sur le marché taïwanais bénéficieront d’un délai de six mois pour obtenir une licence une fois le projet de loi adopté. Alors que les cas d’utilisation frauduleuse des cryptos se développent dans le pays, le législateur a décidé de prendre les choses en main.


Sources : Theblock, Cryptopotato, Cryptorank


Sur le même sujet :