Prime Trust : voici l’incroyable série d’erreurs qui a conduit la société à déposer le bilan

| 5 min de lecture

Prime Trust opérait dans le secteur crypto en tant que société de garde de cryptomonnaies. La société a engagé une procédure de faillite au titre du chapitre 11 en août. La société crypto était enregistrée auprès du Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) en tant que « MSB » (Money Services Business) et détenait une charte de fiducie de l’Etat du Nevada. 

Prime Trust bénéficiait de la confiance de l’industrie crypto et financière, comme en témoigne son nombre élevé de partenaires bancaires par rapport à d’autres acteurs de l’industrie. La faillite de Prime Trust a donc provoqué des ondes de choc dans l’industrie crypto. Dans une déclaration déposée auprès du tribunal du Delaware, le PDG par intérim, Jor Law, a exposé les raisons qui ont conduit la société à déposer son bilan. Une combinaison de facteurs qui incluent des pratiques de gestion irresponsables et l’implosion du marché crypto au cours de l’été 2022 auraient précipité la chute de Prime Trust. 

Des dépenses supérieures aux revenus

Prime Trust était considérée comme un élément crucial de l’écosystème des actifs numériques. Cependant, selon Law, à la suite des évènements de 2022, les dirigeants de la société n’auraient pas pris les mesures qui s’imposaient pour garantir sa survivabilité financière. 

L’un de ces évènements était l’effondrement de TerraLUNA consécutif à la perte de parité du stablecoin UST en mai. Law a déclaré que Prime Trust avait investi 6 millions de dollars de fonds clients et 2 millions de dollars de sa propre trésorerie dans Terra avant sa faillite.

Source : X/Twitter

Prime Trust aurait continué à engager de nombreuses dépenses en plein hiver crypto. Un exemple cité par Law concernait le mois d’octobre 2022 : la société a dépensé environ 10,5 millions de dollars pour un chiffre d’affaires d’environ 3,1 millions de dollars, ce qui représentait donc une perte nette de plus de 7 millions de dollars. Un mois plus tard, les dépenses ont de nouveau augmenté pour atteindre 11,1 millions de dollars, entraînant une autre perte nette d’environ 8,4 millions de dollars.

Un incident crucial dans la faillite de Prime Trust : « the wallet event »

En mars 2018, la société a créé des portefeuilles de stockage froid pour la conservation d’actifs cryptos qui comprenaient des ETH, des BTC et des jetons ERC-20. L’un de ces portefeuilles, identifié comme le Wallet 98f, a été configuré comme un portefeuille « multi-sig » avec six signataires au total. Trois signataires étaient nécessaires pour accéder et exécuter des transactions. Dans le cas où les périphériques matériels étaient perdus, il est possible de transférer les droits de signature vers un autre périphérique matériel par l’intermédiaire d’une « seed phrase ». Les seed phrase pour accéder au portefeuille en cas de perte des appareils étaient stockées sur des appareils physiques Cryptosteel spécialisés.

Extrait du dépôt auprès du tribunal des faillites, source : storage.courtlistener

Autour de juillet 2019, Prime Trust a migré les fonds des clients vers la plateforme d’actifs numériques de Fireblocks. Cependant, en janvier 2021, la société a fourni par inadvertance à ses clients des adresses leur permettant de transférer leurs contributions en cryptomonnaie dans le portefeuille 98f

Ce n’est qu’en décembre 2021 que l’erreur a été découverte après qu’un client a demandé un retrait important d’ETH. La société s’est aperçue qu’elle ne disposait plus du dispositif d’accès au portefeuille 98f et qu’elle ne pouvait pas effectuer le retrait en utilisant la plateforme Fireblocks. Les matériels Cryptosteel restent à ce jour introuvables

La société d’analyse crypto Arkham aurait été en mesure d’identifier le portefeuille sur la blockchain. Elle estime qu’il détient aujourd’hui plus de 40 millions de dollars d’actifs.

Source : PeckShieldAlert, X/Twitter

A partir de là, Prime Trust s’est retrouvé dans un engrenage qui a finalement causé sa ruine. Law a déclaré que « certains employés de l’entreprise » ont utilisé les avoirs des comptes clients pour répondre aux demandes de retrait de décembre 2021 à mars 2022. Plus de 76 millions de dollars auraient été dépensés au cours de ces opérations. 

En juin, deux partenaires de Prime Trust, Banq et Abra, ont été ciblés par les régulateurs des valeurs mobilières du Nevada. Puis l’accord de fusion avec le dépositaire crypto BitGo a été abandonné. Finalement, les régulateurs du Nevada ont ordonné à Prime Trust de cesser ses activités après avoir pris connaissance des dettes massives de la société en fiat et en cryptomonnaies envers ses clients.

Source : Dépôt auprès du tribunal des faillites de l’Etat du Delaware