Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Quand les Bitcoins ont empêché les scientifiques de trouver des extraterrestres

Quand les Bitcoins ont empêché les scientifiques de trouver des extraterrestres 0001

Photo: iStock-gremlin

Quel est le lien entre un extraterrestre et le bitcoin ? L’université de Berkeley bien sûr! Ça ressemble à un hoax, pourtant, tout ça est très sérieux.

Nous avons assisté plus tôt cette année à un véritable problème qui a impliqué des universitaires d'une part et des mineurs de cryptomonnaies de l'autre. Pour miner des bitcoins, les mineurs utilisent des ASICS ou des processeurs graphiques (GPU) très puissants ; ça leur permet de réaliser des calculs hyper complexes pour valider les transactions du réseau. Or, le département SETI (Search for ExtraTerrestrial Intelligence) de Berkeley, qui se dédie à la recherche d’intelligence extraterrestre, utilise ces mêmes GPU pour analyser simultanément plusieurs millions de fréquences distinctes venues de l’espace.

L’engouement pour le minage de Bitcoin a tellement augmenté en cours d’année, que les mineurs ont monopolisé littéralement tous les processeurs graphiques. « On aimerait utiliser les GPU de dernière génération, mais nous ne pouvons pas y avoir accès et c’est un problème. Ça limite nos recherches concernant les extraterrestres et notre travail qui consiste à répondre à ces questions : sommes-nous seuls ? Et est-ce qu’il y a quelqu’un là-haut ? » a déclaré Dan Werthimer, le responsable du centre de recherche d’intelligence extraterrestre de Berkeley à la BBC.

La science et les cryptomonnaies peuvent pourtant faire bon ménage comme le prouve le Gridcoin (GRC), cette cryptomonnaie qui récompense les volontaires qui mettent à contribution la puissance de calcul de leurs ordinateurs pour valider des transactions utiles pour la science. Et vous savez quoi ? Cette monnaie utilise la plateforme de recherche distribuée BOINC (Berkeley Open Infrastructure for Network Computing) inventée, comme son nom l'indique, par la célèbre université américaine. Ironie, quand tu nous tiens…

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles