Quelques fondamentaux sur l’identité auto-souveraine : au cœur d’une transformation

Ce texte est signé par Marc-Olivier Boisset, ancien chargé de formation pour le Ministère de l’Economie et des Finances et Jean Langlois-Berthelot, enseignant à SciencesPo.

Cet article est une réponse à l’article « Identité autos-souveraine et blockchain: défis et enjeux », entretien de Jan Stormann par Florian Bourguin. 

Il n’est en aucun cas une critique mais un supplément d’information par rapport à l’article cité.  

Source : Adobe

L’identité auto-souveraine est un sujet qui passionne non seulement dans le monde universitaire, mais également pour de nombreux opérationnels. Dans le cours que nous avons écris en 2017 (et qui a été enseigné en 2018-2019 à SciencesPo), Data Mining & Big Data: Strategic Anticipation & Decision-making support, nous avions abordé en profondeur ce sujet très intéressant de l’identité auto-souveraine car cela faisait déjà plusieurs année que la littérature spécialisée s’était attaché à analyser en détails les possibilités immenses de ce champs de recherche et développement. 

On comprend aisément que depuis la création d’Internet l’identité numérique des internautes est un élément central de la vie quotidienne des individus. C’est le  moyen de prouver électriquement que l’on est bien qui l’on prétend être. En ce sens c’est à la fois une question technique (avec les enjeux des processus d’identification) et une question sociale (avec les enjeux du droit à la vie privée et à la possibilité éventuelle de faire évoluer son identité numérique). 

C’était d’ailleurs parce que cette question était typiquement à la fois technique mais aussi sociale et politique, que nous avions choisi de la faire entrer dans les cas d’étude de notre cours. Nous avions également effectué une intervention abordant ce sujet dans le cadre d’une conférence pour les alumni du MBA de la Kedge Business School.  A ce titre il est très agréable de constater qu'un ancien élève de notre cours à SciencesPo, Jan Stormann, a retenu les aspects juridiques de l’identité auto-souveraine dans le cadre de son interview par Florian Bourguin mais je souhaiterais ici proposer aux lecteurs quelques clefs de lectures plus larges pour tous ceux qui sont intéressés par la question de l’identité auto-souveraine. 

 

Qu'est-ce que l'identité auto-souveraine ?

Une nouvelle tentative de créer une identité numérique centrée sur l'utilisateur a été conceptualisée comme une identité auto-souveraine (IAS), elle est souvent associée à la technologie Blockchain. 

Dans un article devenu classique, Christopher Allen (2016) identifie dix principes sous-jacents à ce concept. Ces principes visent  la possibilité d’un contrôle individuel sur les informations d'identification des internautes:

• La portabilité de l'identité numérique est assurée afin que les informations et les services relatifs à l'identité soient transportables ;

• Il y a une interopérabilité de l'identité numérique ;

• L’ objectif du renforcement de l'économie des données est explicite 

• La protection des droits des utilisateurs est une priorité

• L'identité est indépendante des administrateurs ou des fournisseurs d'identité ;

• Le contrôle de l'identité numérique incombe à l'utilisateur ;

• L’accès complet pour les utilisateurs à leurs propres données  est aisé et gratuit;

• Il y a une véritable transparence au sujet des systèmes d’identification et des algorithmes ;

• L'identité numérique a une durée de vie définie ;

Comme suggéré dans un Livre Blanc de la Fondation Sovrin, ces principes peuvent être regroupés en trois catégories : sécurité, contrôlabilité et portabilité. 

L’IAS créé un environnement dans lequel tous les participants peuvent faire confiance aux données, y compris les individus, les émetteurs d'informations d'identification et les autorités. 

Pourtant, l’IAS n'a pu gagner du terrain que ces dernières années en raison de la montée en puissance de la Blockchain, qui peut remplacer les processus classiques d'enregistrement de la gestion des identités par une base de données décentralisée.

Quelques enjeux de l’identité auto-souveraine

Un grande nombre de projets et d’initiatives sont centrés sur l’identité auto-souveraine, néanmoins on doit noter que les façons dont elle est appréhendée dans ces différentes initiatives renvoi à une grande variété. 

A ce titre il est important de noter que les innovations qui sont actuellement développées le sont principalement par des entreprises et des groupes de travail du secteur privé et qu’elles sont généralement accompagnées de mises en garde importantes quant à leur respecter des 10 principes d'Allen.

Un défi clef sera de continuer à contrôler, et donc à administrer, son identité  de manière suffisamment intuitive pour des personnes avec des compétences limitées en informatiques. 

Si c’est un processus gouverné par l’IAS qui remplace à terme les  processus centralisé de gestion des identités, tel que Microsoft Passeport, cela signifie non seulement que les individus auront un meilleur contrôle sur leur identité mais également qu’ils pourront disposer d'un moyen de stockage et de transmission des données en toute sécurité. Cependant, l’existence de tels défis ne signifie pas que l’IAS n’a pas un potentiel considérable pour un grand nombre d’applications. On peut, à ce titre, considérer que l’IAs pourrait constituer une réponse concrète au nouveau règlement général de l’UE sur la protection des données (RGPD). La RGPD a pour but le renforcement des droits des individus avec une transparence de plus en plus accrues sur l’utilisation potentielle  de leurs données. La RGPD exige également une économie et une portabilité des données. Le règlement prévoit en outre la mise en œuvre de la « privacy by default » et de la « privacy by design » . L’IAS est conforme à ces principes et pourraient en effet donner non seulement au citoyens un plus haut niveau de contrôle sur leurs données mais également les moyens (voire les outils) d’un partage sélectif de leurs données personnelles avec les fournisseurs de service ce qui pourrait permettre une potentielle économie des ces données avec une confidentialité conçue donc par défaut et par conception. 

On peut penser que la transparence qui résulterait d’une auto-gouvernance des données individuelles pourrait renforcer le marché unique européen en supprimant les barrières qui sont liées au manque de confiance en certains acteurs privés. Pour les entreprises, l’IAS pourrait aller de paire avec de nouvelles façons de devoir remplir leurs obligations et la possibilité accrue de  fournir des informations utiles à leurs clients. 

L’IAS a des applications très prometteuse également dans le secteur financier où les exigences en matière de sécurité et la demande croissant des clients pour une expérience numérique optimisée pourraient être ainsi mieux satisfaites. On a, à ce sujet regarder de près, la façon dont le gouvernement britannique a développé des sandbox de solutions en compliance se fondant sur l’IAS avec une intégration des utilisateurs au portail de la Financial Conduct Authority (FCA). Les utilisateurs pourront ainsi stocker des  IPP (informations personnelles identifiables) au sein d’un système de portefeuille mobile sécurisé. Le système comporterait la possibilité d’accès sélectifs à certains données en fonction de l’institution avec laquelle l’utilisateur interagit. Les utilisateurs pourraient également utiliser des informations d’identification réutilisables pour l’inscription à plusieurs services et produits financiers. On comprend bien que l’objectif serait alors d’additionner une meilleur sécurisation des données et une meilleure traçabilité de ces données à des fins réglementaires. 

Comme on l’a vu avec plusieurs exemples marquants, l’identité auto-souveraine est un concept qui n’est pas particulièrement nouveau et qui ne manque pas d’applications potentielles bien que certains défis pratiques doivent être encore dépassés.

 

 

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l'application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Pour accumuler des cryptos en jouant :

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

    Regardez la dernière vidéo “Les 5 actus cryptos de la semaine:

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Notre podcast audio: https://www.buzzsprout.com/1111262

Notre chaîne YouTube: https://www.youtube.com/channel/UCEu7E2wqP3t3QzAWTWF9weg

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Instagram: https://www.instagram.com/fr_cryptonews

Facebook:  https://www.facebook.com/cryptonewsFR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR