Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Trois nouvelles concernant la régulation des cryptomonnaies

Par Tim AlperLinas Kmieliauskas

Les autorités fiscales russes ont reconnu une déclaration de capital qui comprenait un investissement en Bitcoin (BTC), une première au pays. Selon le média Bloomchain, l'investissement réalisé était petit, 0,1 bitcoin et malgré ça, il n’a pas été facile de le faire reconnaître. Les autorités ont en effet d'abord refusé de valider le caractère légal du dépôt, mais ont fini par céder à la deuxième demande. Le média prétend que la société en question était une entité cotée en bourse nommée Artel, et les documents déposés révèlent que l'investisseur en Bitcoin avait été récompensé par une participation de 5% dans les actions de l'entreprise.

Le gouvernement vénézuélien affirme que les citoyens peuvent utiliser la cryptomonnaie Petro émise par l'État dans leurs registres comptables ainsi que pour faire leurs calculs. Selon le journal El Universal, Caracas a publié une déclaration informant les citoyens, ainsi que les entités juridiques, publiques et privées, statuant qu'ils pourraient tenir des registres financiers à l'aide “d'actifs cryptographiques souverains", à savoir le Petro, sans avoir à convertir les chiffres obtenus dans la monnaie fiat nationale du pays, à savoir le bolivar.

Lire aussi: Le gouvernement sud-coréen investit 383 millions de dollars dans la blockchain (R&D).

Des représentants de l'industrie blockchain et des cryptomonnaies se sont joints à la Korean Blockchain Association pour saluer les réactions positives après l'approbation par le parlement sud-coréen, la semaine dernière, du premier texte législatif spécifique aux cryptos du pays. Selon le média Fn Today, et Asia Times, les acteurs de l'industrie crypto se disent "soulagés" que des lignes directrices pour les transactions en nom réel aux bourses soient maintenant en place. Toutefois, certains semblent craindre que les lignes directrices ne soient trop difficiles à respecter pour les petites bourses, ce qui pourrait les forcer à cesser leurs activités.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles