SafeMoon se déclare en faillite, son jeton s’écroule de plus de 50%

Emmanuel Mounier
| 3 min de lecture

À travers un communiqué qui n’est pas si surprenant, la compagnie SafeMoon a annoncé sa faillite. Ils se sont mis sous la protection de la loi sur les faillites à Utah. La plupart des gens dans le monde des cryptos ne sont pas vraiment étonnés, parce que la boîte avait déjà pas mal de soucis, y compris des histoires de fraude et de blanchiment d’argent au niveau de ses dirigeants.

SafeMoon se met sous la protection de la loi des faillites


SafeMoon, un acteur de la finance décentralisée, vient de subir un coup dur. Après des mois de lutte et de dénis, les actuels dirigeants de la compagnie ont visiblement décidé de jeter l’éponge, déclarant faillite selon le chapitre 7, alias la “faillite de liquidation”.

Cette annonce faite le 14 décembre, auprès du tribunal des faillites des États-Unis pour le district de l’Utah, a secoué une bonne partie du secteur de la finance décentralisée (DeFi). C’est l’avocat Mark Rose qui a lancé la nouvelle, et il revient désormais au juge Joel Marker de prendre les rênes de cette affaire explosive.

Toutefois, ce n’est pas tout : SafeMoon se trouve aussi dans le viseur de la SEC pour des allégations de fraude depuis le mois dernier. Le dépôt de bilan marque un tournant critique pour cette entreprise DeFi, déjà ébranlée.

L’analyse du document de faillite, signé par Kenneth Ehrler, actuel directeur de la restructuration, révèle une situation financière sur le fil du rasoir : la compagnie détient actuellement des actifs dont la valeur se situe entre 10 et 50 millions de dollars, ainsi que des dettes, estimées entre 100 001 et 500 000 $.

Quelles sont les raisons qui ont précipité l’entreprise à l’échec ?


La faillite de SafeMoon s’inscrit dans un contexte troublé par des actions judiciaires et des problèmes de gouvernance au sein de son équipe dirigeante. Les accusations portées par la SEC contre l’entreprise et ses leaders, Kyle Nagy, John Karony et Thomas Smith, ont sans aucun doute joué un rôle déterminant dans cette chute.

La SEC a accusé les dirigeants de SafeMoon de fraude, leur reprochant d’avoir promis des profits irréels et détourné l’argent des investisseurs. Ces pratiques ont miné la confiance et la transparence de l’entreprise, cruciales dans le secteur instable de la crypto-monnaie.

Les chances de réussite de l’entreprise se sont considérablement amoindries avec l’arrestation de Karony et Smith, alors que Nagy est toujours en fuite. D’après les accusations de l’administration amércaine, ces trois individus ont trompé les investisseurs sur la liquidité de SafeMoon et utilisé des millions pour leurs besoins personnels.

Quand la valeur de SafeMoon a atteint 8 milliards de dollars, leurs actes ont non seulement trahi la confiance des investisseurs, mais ont aussi ruiné la santé financière et la réputation de l’entreprise, conduisant à sa faillite.

L’impact de la faillite sur le token SafeMoon


Dès que la nouvelle de la faillite de SafeMoon a fait les gros titres, la valeur de son token SFM a chuté de 44 % en un jour. C’était un contraste notable par rapport à son pic en 2021, où sa capitalisation boursière valait 5,7 milliards de dollars.

Néanmoins, l’étude des documents de faillite ont révélé que la compagnie disposait toujours de liquidités, ce qui a fait remonter légèrement son prix. Cependant, la valeur du SFM est restée instable, une instabilité qui a été exacerbée par des accusations de manipulation de marché et de “wash trading” intentées contre les dirigeants de SafeMoon, Karony et Smith, par la SEC, ainsi que des poursuites judiciaires par le ministère américain de la Justice.

De plus, un bug introduit lors d’une mise à jour du réseau en mars, qui a compromis le pool de liquidités de SafeMoon, a causé la perte de plusieurs tokens SFM d’une valeur d’environ 8,9 millions de dollars, aggravant davantage la situation précaire de l’entreprise et de sa crypto-monnaie.


Sources : CoinMarketCap / CoinDesk


Sur le même sujet :