Accueil Actualités

L'Espagne envoie 1 500 avertissements fiscaux concernant les cryptos

Par Tim Alper
L'Espagne envoie 1 500 avertissements fiscaux concernant les cryptos 101
Source: iStock/masterSergeant

Le département du Trésor espagnol a émis une notification auprès de 1 500 citoyens les avertissant qu’ils pourraient être amenés à payer de l’impôt sur leurs transactions en cryptomonnaies. Le Trésor a également averti les échanges de cryptomonnaie, les sociétés privées, les banques et les courtiers privés qu’ils doivent déclarer toutes les transactions liées à la cryptomonnaie, selon Rioja2.

Le Trésor a émis l'avertissement suivant aux personnes qu'il a identifiées comme ayant utilisé des crypto-devises au cours de l’année fiscale écoulée:

"Selon les données dont disposent les autorités fiscales, vous avez effectué des transactions en utilisant des crypto-devises. Nous vous rappelons que les bénéfices générés lors de telles opérations constituent un revenu soumis à l'IRPF (impôt espagnol sur le revenu des pigistes)”.

Selon le média Cope, un total de 14 700 personnes ont reçu cette semaine des «avertissements cryptos» du Trésor, dont 470 résidents en Murcie. Les déclarations de revenus IRPF pour l'exercice 2018 doivent être envoyées avant le mois de juin de cette année.

En Colombie, Mauricio Toro, président de la Commission du Congrès pour Entreprenariat, a rédigé un projet de loi qui, s’il était adopté, imposerait une réglementation aux échanges de cryptomonnaie du pays.

Les entreprises cryptos ont connu un essor fulgurant en Colombie en 2019 dans toute l'Amérique latine. Cependant, il semble que cela n’ait pas échappé aux autorités financières colombiennes - Toro utilisant Twitter pour dévoiler le projet de loi.

Les points saillants du projet de loi incluent:

  • La création d'une "base de données" des échanges "sous la juridiction" de la Chambre de commerce.
  • La Chambre de commerce "surveillera et vérifiera" les échanges (base de données), ainsi que "leurs références".
  • Les exchanges doivent utiliser des systèmes de sécurité approuvés par le ministère des technologies de l’information et de la communication.
  • Les exchanges doivent répondre aux normes KYC (anti-blanchiment d'argent) et de connaissance du client.
  • Les échanges n'offriront pas d'intérêt aux utilisateurs pour stocker leurs cryptomonnaies sur leurs plateformes.
  • Les échanges ne déplacent pas les fonds des clients sans l'accord de l'utilisateur.

Toro dit que le projet de loi est soumis à une période de consultation qui court jusqu'au 8 avril, après quoi il sera probablement présenté au Congrès.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles