Terraform Labs veut des informations de FTX pour se défendre devant la SEC

Thomas Renault
| 3 min de lecture
Terraform Labs veut des informations de FTX pour se défendre devant la SEC

Les avocats de Terraform Labs ont affirmé dans un document judiciaire déposé mercredi qu’une “attaque courte coordonnée” était à l’origine de la déstabilisation de leur stablecoin. Ils soupçonnent que les vendeurs à l’origine de cette attaque aient, en partie, utilisé la plateforme d’échange de cryptomonnaies FTX pour mener leurs opérations.

Terraform Labs cherche donc à obtenir des informations de FTX pour renforcer sa défense face à la SEC, le gendarme américain des marchés financiers.

Terraform Labs se tourne vers FTX pour sa défense devant la SEC

Terraform Labs a demandé à un tribunal de lui permettre de souscrire certaines informations concernant les comptes, portefeuilles et actifs de la plateforme d’échange de cryptomonnaies en faillite, FTX. Cette demande a pour but de défendre la société dans une affaire intentée par la Commission américaine des opérations de bourse (SEC).

En février, la SEC a accusé Terraform Labs et son ancien PDG, Do Kwon, d’avoir induit en erreur les investisseurs au sujet de son stablecoin algorithmique TerraUSD. Ce dernier a connu une chute spectaculaire l’année dernière, effaçant des milliards de dollars au passage.

Les avocats de Terraform Labs ont soutenu que la déstabilisation du stablecoin était due à une “attaque courte coordonnée” et que les vendeurs à l’origine de cette attaque avaient probablement utilisé FTX, au moins en partie, pour mener leurs opérations. Ces affirmations ont été faites dans une requête déposée mercredi devant la Cour de faillite des États-Unis pour le District du Delaware concernant FTX.

Selon les avocats de Terraform Labs, ces documents sont essentiels à la défense de l’entreprise dans l’affaire devant la SEC. Ils permettraient notamment aux experts de Terraform Labs de réaliser une analyse blockchain cruciale des transactions et de l’activité de marché des vendeurs à découvert, en vue de contrer les allégations de la SEC.

Controverses entourant Terraform Labs et son ancien PDG

Selon les allégations de la SEC, l’entreprise Terraform Labs et son ancien directeur, Kwon, auraient présenté de manière trompeuse la solidité de leur stablecoin aux investisseurs. Les stablecoins algorithmiques, tels que TerraUSD, exploitent des mécanismes de marché via des algorithmes pour conserver une valeur stable. Le token de gouvernance Luna était intégré à Terra pour maintenir la stabilité des prix.

La SEC a également soutenu que Terraform et Kwon avaient donné des informations erronées aux investisseurs lorsque la parité du stablecoin avec l’ancrage initial a été interrompue en mai 2021, prétendant qu’elle avait été rétablie par un algorithme. En fait, c’est à Jump Trading que l’entreprise s’est adressée pour rétablir la valeur du stablecoin.

Dans la demande qu’elle a soumise cette semaine, Terraform a affirmé que Jump n’était “pas responsable du rétablissement de la parité en 2021”.

Par ailleurs, l’ancien directeur de Terraform, Kwon, est lui-même aux prises avec des problèmes juridiques. Il a été reconnu coupable le mois dernier par un tribunal monténégrin d’avoir utilisé un faux passeport du Costa Rica dans le but de fuir le pays en mars, ce qui lui a valu une condamnation à quatre mois de prison.

Source : The Block