Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Un nouveau “faux Satoshi” fait son apparition

Par Sead Fadilpašić
Un nouveau “faux Satoshi” fait son apparition 101
Source: iStock/Khosrork

Être le vrai Satoshi Nakamoto - ou être considéré comme le véritable créateur de la cryptomonnaie la plus populaire au monde, Bitcoin - n’est pas une blague, car des milliards de dollars sont en jeu et même une influence possible sur le marché. De nombreuses personnes ont cherché au fil des ans à attirer l’attention et prétendent être le mystérieux Satoshi pour diverses raisons, certaines obtenant un certain soutien dans la communauté. Le cas le plus célèbre est celui de Craig Wright, également connu sous le nom de “Faketoshi”.

Une autre personne encore a publié une série de longs et détaillés billets de blog prétendant être le créateur de Bitcoin, révélant son identité. Dans son premier post, qui commence par «Je suis Satoshi Nakamoto», il ne dit pas grand chose à propos de son identité, mais affirme que son «allié et mentor le plus proche» était l'informaticien Hal Finney à qui il «devait beaucoup», qu'il voulait faire quelque chose d’historique, que Bitcoin était maintenant "détourné par la cupidité" et qu'il avait créé Bitcoin comme "l'argent du peuple", afin de donner du pouvoir aux personnes défavorisées à travers le monde.

L'auteur affirme qu'il s'agit de Bilal Khalid, qui a changé de nom et s'appelle désormais James Caan, et qu'il a perdu ses clés privées après avoir donné son ordinateur portable à réparer dans un magasin d'électronique.

Bloomberg écrit que Jeff Garzik, PDG de la start-up blockchain Bloq, qui avait l'habitude d'échanger des courriels avec Nakamoto avant de disparaître, ne croit pas que cette personne soit le véritable Satoshi, en raison de son style d'écriture. Les informations partagées dans le premier message sont accessibles au public, a déclaré Garzik, ajoutant: «En fait, je reçois ce message tous les deux mois - une nouvelle fraude tous les deux mois. […] Généralement, il s’agit soit d’informations, soit d’une arnaque: «Tous mes Bitcoins sont verrouillés, envoyez-moi une partie des vôtres». Garzik a expliqué qu'il était facile pour quiconque de prouver qu'il était le vrai Satoshi Nakamoto - le test décisif: utilisez une signature numérique que seul le vrai Nakamoto connaît.

De même, le créateur de Litecoin, Charlie Lee a tweeté que Nakamoto «a mis au monde une monnaie ouverte, décentralisée, sans confiance et résistant à la censure, basée sur les mathématiques et la cryptographie. Si Satoshi voulait se révéler, il signerait un message avec la clé de genèse. Toute autre solution est probablement frauduleuse».

La cryptosphère dit non

La cryptosphère ne croit pas à Caan, c'est le moins que l'on puisse dire. La plupart des gens sont soit ouvertement opposés à cette nouvelle révélation, soit probablement fatigués par des escroqueries répétées et prouvées, soit ils se sont désintéressés des révélations dramatiques de «vrais satoshis», soit ils croient qu'il ne s'agit que d'un coup de pub.

Beaucoup de gens en ligne ne croient pas qu’une personne puisse créer le système, mais n’ait aucune preuve cryptographique d’en être le créateur. Il ne le croiraient que si l’argent était sorti du portefeuille de Satoshi ou si le genesis bloc était signé.

Jameson Lopp, pro-Bitcoin et responsable de la technologie de la startup crypto Casa a tweeté sa propre théorie: «Plus nous resterons longtemps sans que le vrai Satoshi soit révélé, plus les Faketoshis deviendront plus hardis, car ils ne craindront pas d'être cryptographiquement infondés».

Les gens ont appelé à un nouveau surnom pour différencier les personnes qui prétendent être Satoshi.

Beaucoup d'autres ont trouvé très drôle ce nouvel épisode autour de Satoshi et imaginent la manière dont Caan aurait inventé le nom BTC.

Que Caan soit ou non Satoshi Nakamoto reste à déterminer, car il devra prouver son identité à la cryptosphère.

Lire aussi: Personnalité crypto: Satoshi Nakamoto et John McAfee dit qu'une demande d'extradition l'empêche de révéler qui est Satoshi.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles