Accueil Actualités

Une leçon de transparence pour les ICO

Par Fredrik Vold
Une leçon de transparence pour les ICO 101
Source: iStock/Warchi

Les ICO qui offrent de la transparence et qui divulguent un minimum d’informations sur leurs activités ont beaucoup plus de chances de succès suite au lancement de leur devise, selon une étude récente.

Dans le même ordre d’idée, les ICO qui ne fournissent pas les informations pertinentes à leurs investisseurs, par exemple en gardant leurs codes privés au lieu d’être open-source, ont plus de chances d’échouer lorsque leurs cryptomonnaies seront listées sur des exchanges, selon l’étude qui s’est basée sur un échantillon de 776 ICO.

Le papier, intitulé « ICO : Première preuve du rôle de la divulgation dans le marché non régulé des cryptomonnaies » a été écrit conjointement par les experts de Columbia University, de University of Utah et du London Business School. L’article démontre aussi que le fait d’offrir un livre blanc (whitepaper) détaillé et d’être listé sur des sites réputés réassure les investisseurs et contribue à la performance sur le long terme de leurs cryptodevises une fois l’ICO terminée.

Selon Emmanuel De George, un des auteurs de l’étude et un assistant professeur du London Business School, les ICO sont actuellement lancées à un rythme de 100 par mois, ne présentant aucun signe de ralentissement.

« Nous ne pensons pas que ce mouvement va ralentir » a dit De George à Reuters, ajoutant que « Ce que vous voyez ce sont beaucoup d’entrepreneurs qui ont beaucoup d’idées. Ceci est de loin la méthode la moins chère pour lever des fonds de nos jours, car il n’y a pas les régulations qui viennent avec les autres formes de levée de fonds ».

Les auteurs pointent du doigt le fait que les services d’évaluation et de rendement de qualité d’une ICO ont évolué naturellement au sein de ce marché non régulé, allant même jusqu’à suggérer la possibilité pour le marché des cryptomonnaies de se réguler lui-même.

Malgré cela, plus de régulations venant des gouvernements pourront se présenter, selon De George, qui a déclaré à Reuters que « Notre équipe pense que cette régulation arrivera sous peu ».

Par le passé, une recherche sur les ICO effectuée par la firme Satis Group avait révélé que près de 80% des ICO qui sont lancées pourraient être considérées comme des arnaques, bien qu’elles lèvent beaucoup moins de financement que les ICO plus légitimes. Dans une autre étude publiée cette année, les chercheurs du Boston College sont arrivés à la conclusion que moins de la moitié des cryptodevises étaient toujours en activité quatre mois après la fin de l’ICO.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles