Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Les criminels préfèrent Bitcoin aux cryptos orientées vie privée selon cette étude

Par Tim Alper
Les criminels préfèrent Bitcoin aux cryptos orientées vie privée selon cette étude 101
Source: Adobe/motortion

Les cryptomonnaies orientées protection de la vie privée ont fait l'objet de nombreuses critiques ces derniers temps dont le Zcash (ZEC) et le Monero (XMR) qui ont été fustigées par les autorités de réglementation qui affirment qu'ils sont les cryptos préférées des terroristes, des trafiquants de drogue et des blanchisseurs d'argent.

Nombre de ces cryptomonnaies ont été retirées des principales plateformes de trading dans certaines régions du monde comme le Japon et plus récemment la Corée du Sud. Mais un nouveau rapport (sponsorisé par un opérateur de cryptos anonymes) suggère que les criminels n’étaient finalement pas si friands des cryptos orientées vie privée.

Le rapport a été commandité par l'Electric Coin Company (ECC), l'opérateur de Zcash, et réalisé par RAND Europe, une institution à but non lucratif qui affirme que ses publications ne reflètent pas nécessairement les opinions de ses clients et sponsors de recherche. Dans les deux cas, le rapport fait un certain nombre d'affirmations sur la façon dont les criminels utilisent (ou plutôt n'utilisent pas) le ZEC.

Les auteurs du rapport affirment que seul un petit nombre de criminels montrent un intérêt pour l'utilisation de Zcash.

Lire aussi: Le milliardaire et légendaire gestionnaire de fonds Paul Tudor Jones mise sur Bitcoin.

L'une des raisons pour lesquelles les criminels se tiennent loin du ZEC est que, selon les auteurs, les escrocs préfèrent le Bitcoin (BTC).

Des transactions en ZEC plus importantes, expliquent-ils, pourraient attirer trop l’attention. Selon eux, les criminels pensent que pour obtenir un véritable anonymat, le réseau Bitcoin est préférable.

Les auteurs écrivent,

"Le volume élevé de transactions sur la blockchain peut contribuer à masquer le blanchiment d'argent sur le réseau Bitcoin alors que des transferts de valeur importants et uniques seraient plus suspicieux (uniquement applicables aux transactions ZEC transparentes, et non protégées) sur la blockchain Zcash car il y a un nombre global de transactions moins élevé à l'heure actuelle".

Ils affirment également que le criminel moyen n'est tout simplement pas assez intelligent pour utiliser Zcash - ce qui signifie que la plupart d'entre eux choisissent de rester à l'écart.

Ils notent,

"L'utilisation de Zcash à des fins illicites ou criminelles est en partie limitée en raison d'un manque de compréhension de la technologie sous-jacente de la part de ses utilisateurs".

Les auteurs écrivent que cela est confirmé par des preuves obtenues lors d'entretiens qui ont montré que "les utilisateurs peuvent ne pas comprendre les exigences liées à la réalisation de transactions protégées dans Zcash et peuvent au contraire supposer que toutes les transactions Zcash sont anonymes".

Il est tout aussi surprenant de constater que les criminels s'inquiètent du fait que Zcash comporte trop de fonctionnalités de conformité et sont effrayés par le "branding" du jeton.

Les auteurs affirment que si les criminels peuvent considérer que les cryptos garantissant la protection de la vie privée assurent un niveau d'anonymat similaire, la gouvernance de Zcash et son image conforme à la réglementation sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme peuvent le rendre moins susceptible d'être utilisé à des fins illicites ou criminelles.

Une autre raison pour laquelle les criminels n’utilisent pas trop ce réseau est le fait que les criminels ne croient pas que cette crypto est aussi anonyme qu'elle est censée l'être, les auteurs déclarant qu'"il existe un certain scepticisme quant à l'anonymat réel du ZEC.

La "friction relativement faible des paiements internationaux n'utilisant que des pseudonymes comme identifiants" est une autre raison pour laquelle Bitcoin est une crypto intéressante pour les criminels, selon les auteurs.

Tous ces éléments, concluent les auteurs du rapport, expliquent pourquoi seul 1% des publications sur le Dark Web faisant référence au paiement par crypto font mention de Zcash, et pourquoi 0,15% des portefeuilles associés au Dark Web sont des comptes ZEC.
_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies; Zone SEPA Europe et citoyens français:

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada:

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme:

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins:

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles