26 Nov 2022 · 2 min read

Un document de recherche de Harvard justifie l'utilisation de Bitcoin (BTC) dans les réserves des banques centrales

Source: Adobe/kafai

Les banques centrales des pays qui font face à des risques de sanctions par les États-Unis pourraient inclure Bitcoin (BTC) dans leurs réserves internationales, selon un nouveau document de recherche de l'Université de Harvard.

Le document de recherche base l'idée d'une couverture du risque des banques centrales par le Bitcoin sur le fait que de nombreuses banques centrales - et en particulier celles qui sont confrontées à un risque plus élevé de sanctions américaines - ont augmenté ces dernières années la part de leurs réserves constituée par l'or, un actif de réserve traditionnel des banques centrales.

Selon l'auteur, une allocation en BTC en plus de l'or augmenterait encore la résilience de ces pays face aux sanctions. Cela est particulièrement vrai dans les cas où le pays a du mal à acquérir suffisamment d'or physique, selon l'auteur.

Intitulé Hedging Sanctions Risk : Cryptocurrency in Central Bank Reserves, le document de recherche nouvellement publié a été rédigé par Matthew Ferranti, un doctorant en économie à l'Université de Harvard.

"La capacité des émetteurs de réserves fiduciaires à geler les transactions, ce qui constitue une forme de défaut de facto sur les obligations sous-jacentes, remet en question le statut des monnaies de réserve fiduciaires en tant qu'actifs 'refuge'", écrit Ferranti.

La guerre en Ukraine pourrait amener les banques centrales à s'intéresser au Bitcoin

Dans le document, Ferranti a souligné le gel des réserves internationales de la banque centrale russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine comme un exemple de la raison pour laquelle cette question est plus pertinente que jamais.

"Il est opportun d'explorer la question de savoir comment, et dans quelle mesure, le risque de sanctions financières peut motiver des changements dans la composition des réserves des banques centrales", note le doctorant dans son article.

La résistance de la preuve de travail à la censure

Ferranti a également noté dans son article que le Bitcoin, en tant qu'actif numérique basé sur la preuve de travail, est particulièrement utile pour se protéger des sanctions.

Sur un mécanisme de consensus basé sur la preuve de travail, la capacité à censurer les transactions sur la blockchain nécessite d'atteindre une "puissance de hachage majoritaire" :  en d’autres termes, le censeur doit contrôler au moins 51 % de la puissance de calcul utilisée par tous les mineurs", indique le document.

Il ajoute que l'obtention d'un tel statut est irréalisable "en raison de la quantité même de puissance de calcul dédiée au minage de Bitcoin, ainsi que de la quantité d'électricité nécessaire pour alimenter les puces de minage."

Source: Hedging Sanctions Risk: Cryptocurrency in Central Bank Reserves/Matthew Ferranti

En conclusion, Ferranti a admis qu'aucun actif n'est "totalement sûr" en présence de sanctions, mais que les cryptomonnaies comme le Bitcoin peuvent offrir "une certaine protection", bien que cette protection s'accompagne d'une plus grande volatilité.