Accueil Actualités

Les supposés arnaqueurs de BitClub veulent sortir de prison à cause du coronavirus

Par Jarosław Adamowski
Les supposés arnaqueurs de BitClub veulent sortir de prison à cause du coronavirus 101
Source: Adobe/alswart

Deux hommes accusés d'avoir mis en place le réseau BitClub, un système Ponzi de minage de cryptos qui aurait arnaqué des milliers d'investisseurs à hauteur de 722 millions de dollars, ont demandé à un juge fédéral du New Jersey de les libérer d'une prison du comté car ils craignent de contracter le coronavirus s'ils ne sont pas libérés.

Matthew Brent Goettsche et Jobadiah Sinclair Weeks ont demandé au tribunal de les laisser sortir de la prison du comté d'Essex à Newark, New Jersey, avant leur procès pour fraude, rapporte Law360.

Les avocats de Weeks ont déclaré que la prison du comté avait "un bilan exceptionnellement médiocre en ce qui concerne le maintien de la santé des détenus". Ils ont également fait référence aux conclusions rendues publiques l'année dernière par le bureau de l'inspecteur général du ministère américain de la sécurité intérieure, qui a mis en évidence les problèmes de la prison qui représentaient des menaces majeures pour la santé et la sécurité de ses détenus.

Lire aussi: Le prix du Bitcoin repart en hausse après une décision sans précédent de la Fed.

Michael L. Yaeger, avocat plaidant et actionnaire de Carlton Fields, le cabinet d'avocats représentant Weeks, a été cité comme ayant déclaré,

"Ce sont des temps effrayants pour tout le monde, et surtout pour les personnes qui ne sont pas autorisées à se protéger comme nous le faisons tous. Joby Weeks veut juste rester en bonne santé et être dans un endroit où il peut se préparer en toute sécurité pour sa journée au tribunal".

Le juge de district Claire C. Cecchi va maintenant décider s'il faut libérer les accusés alors que la pandémie de coronavirus s'aggrave aux États-Unis.

Goettsche et Weeks ont été arrêtés en décembre dernier, ainsi qu'un troisième homme du nom de Joseph Frank Abel, dans le cadre de la répression du réseau BitClub, que les hommes sont accusés de co-gérer.

Le bureau du procureur du district du New Jersey affirme qu'entre avril 2014 et décembre 2019, les défendeurs ont sollicité de l'argent auprès d'investisseurs en échange de ce qu'ils croyaient être des parts des bénéfices de pools miniers en crypto. Les hommes auraient fourni aux investisseurs de faux chiffres sur ce qu'ils considéraient comme des "gains sur le minage de Bitcoin (BTC)".

Goettsche et Weeks ont été accusés de complicité de fraude électronique, et les trois hommes ont également été accusé d’avoir offert et vendu des titres non enregistrés.

Les délits de complicité de fraude électronique sont passibles d'une peine maximale de 20 ans de prison et d'une amende pouvant atteindre 250 000 USD. L'entente en vue de vendre des titres non enregistrés est punie d'une peine maximale de cinq ans de prison et d'une amende pouvant aller jusqu'à 250 000 dollars.
_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies; Zone SEPA Europe et citoyens français:

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada:

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins:

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour accumuler des cryptos en jouant au poker:

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles