Accueil ActualitésActualités Altcoin

Le monde est prêt pour “l'argent privé” déclare JPMorgan

Par Fredrik Vold
Le monde est prêt pour “l'argent privé” déclare JPMorgan 101
Source: iStock/danielvfung

Le monde est peut-être sur le point d'adopter à grande échelle “l'argent privé" comme la Libra de Facebook, prédit une grande banque d'investissement, bien qu'il reste des obstacles à surmonter avant que cette vision puisse devenir réalité.

Selon le rapport JPMorgan Perspectives, publié le week-end dernier par la grande banque d'investissement JPMorgan Chase, les gens sont prêts à adopter ce que l'on appelle "l'argent privé", c'est-à-dire tout type de monnaie émise par une institution privée. L'argument est que la grande majorité de la monnaie fiduciaire telle que nous la connaissons aujourd'hui est déjà émise de manière privée, par le biais de la banque de réserve fractionnaire.

Dans ce système, que toutes les nations ont aujourd'hui adopté, les banques privées créent en effet de la monnaie électronique chaque fois qu'un prêt est accordé. Cependant, les gouvernements de la plupart des pays ont encore le monopole de l'émission de l'argent liquide, bien que cela ne représente qu'une très petite partie de toutes les transactions monétaires qui sont effectuées dans la société.

Lire aussi: Quand les Simpsons parlent de cryptomonnaie à des millions de personnes…

Dans le rapport, intitulé “Blockchain, argent numérique et cryptomonnaie: vers l’adoption de masse?” la banque a mis l'accent sur le rôle des stablecoins. Le rapport a largement rejeté les cryptomonnaies traditionnelles pour leur forte volatilité, affirmant que "la volatilité reste un obstacle sérieux à une adoption plus large" et que la crypto a actuellement "un rôle limité" en tant qu'actif pour la diversification des portefeuilles.

Selon le rapport, les monnaies stables qui sont adossées à des actifs financiers sont le type d'actifs qui seront les premiers à être acceptés à grande échelle et qui pourraient remettre en question les monnaies traditionnelles de type "fiduciaire". Toutefois, les émetteurs de titres de créance stables doivent se préparer à ce que leur activité soit soumise à un contrôle réglementaire d'un tout autre niveau que ce qui a été le cas jusqu'à présent, les régulateurs les traitant à peu près de la même manière que les banques traditionnelles. Comme le note JPMorgan, "le privilège de le faire [émettre de l'argent privé] s'accompagne d'une surveillance réglementaire importante et d'obligations de conformité coûteuses".

Dans le même ordre d'idées, le rapport indique que "l'adoption rapide et l'échelle sont entravées par la technologie sous-jacente et la nécessité d'une surveillance réglementaire importante", tout en estimant que les solutions basées sur la chaîne de blocs dans le secteur bancaire traditionnel sont encore "à trois ou cinq ans".

En conclusion, les auteurs du rapport ont réitéré que les obstacles réglementaires à l'acceptation d'un stablecoin pour le paiement de l'impôt au gouvernement (ce qui pourrait être considéré comme un sceau d'approbation) restent "importants".

_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés pour:

Acheter des cryptomonnaies

  • Sur Coinhouse (Zone SEPA Europe et citoyens français).
  • Sur Switchere (Achat direct par carte de crédit, sauf au Canada)
  • Sur BitBuy (Uniquement au Canada).
  • Sur BC Bitcoin (Europe, Canada).
  • Sur eToro (Sauf au Canada).

Sécuriser vos cryptomonnaies

Payer toutes vos factures ou envoyer de l'argent vers votre banque

  • Bylls (Disponible uniquement au Canada).

Accumuler des cryptos en jouant au poker

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles