Accueil Actualités

L’Allemagne «rejette» les stablecoins et veut que le reste du monde fasse de même

Par Tim Alper
L’Allemagne «rejette» les stablecoins et veut que le reste du monde fasse de même 101
Source: iStockPhoto/hanohiki

L’Allemagne vient de lancer une attaque acharnée contre les stablecoins. En effet, le ministre des Finances du pays a suggéré de "rejeter clairement" des devises tels que le prochain jeton Libra de Facebook. Berlin espère ainsi pousser le reste de la communauté internationale à faire de même.

C’est une semaine cruciale pour les passionnés de cryptomonnaies et de chaînes de blocs en Allemagne - le cabinet devrait en effet se réunir plus tard aujourd’hui pour finaliser sa stratégie «globale» en matière de blockchain.

Reuters rapporte que le document qui sera présenté à la réunion d’aujourd’hui a pu être consulté :

"Le gouvernement fédéral travaillera aux niveaux européen et international pour faire en sorte que les stablecoins ne deviennent pas une alternative aux monnaies officielles."

Selon le même article, le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, aurait déclaré lors d’une table ronde à Berlin (en référence à des stablecoins comme Libra) :

«Nous ne pouvons pas accepter une monnaie parallèle. Vous devez clairement rejeter cela».

Le document qui sera présenté au cabinet aujourd'hui contient également des informations sur la manière dont le gouvernement travaillera en étroite collaboration avec la Bundesbank centrale sur un projet de directive numérique, "en examinant l'état actuel des développements et en abordant les risques potentiels".

Le document expose également les intentions de Berlin de légaliser les obligations électroniques alimentées par des chaînes de blocs.

L’Allemagne dit qu’elle reste déterminée à «numériser» l’économie du pays. Cependant, on s’attend généralement à ce que le cabinet accepte de mettre en œuvre davantage de lois en plus des règlements proposés sur les services de portefeuilles cryptos nationaux. Berlin envisage également de demander au régulateur financier du pays de contrôler les échanges cryptos via un système de licence, comme c'est actuellement le cas dans des pays tels que le Japon.

Lire aussi: Les patrons de BitPay, CoinShares, et CryptoOracle donnent leur avis sur les cryptos et Les pays dans lesquels le Bitcoin est interdit ou légal

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles