15 Sep 2022 · 3 min read

Pour le PDG de Binance, CZ, le cadre européen MiCA pourrait devenir une norme mondiale en matière de réglementation des crypto-monnaies

Changpeng "CZ" Zhao

Au cours d’un échange à la Binance Blockchain Week à Paris le 14 septembre dernier, Changpeng "CZ" Zhao s’est livré sur la régulation des crypto-monnaies. Le PDG de Binance a confié que le cadre réglementaire MiCA (Europe’s Market in Crypto Assets) pourrait être étendu au niveau mondial.

CZ encense le règlement MiCA

C’est pendant un échange interactif que le PDG de Binance s’est exprimé concernant l’épineuse question de la régulation des crypto-monnaies. Pour CZ, on pourrait glisser vers une norme universelle appliquée par tous les régulateurs dans le monde. Il trouve que les directives réglementaires appliquées dans le cadre réglementaire européen des actifs cryptographiques sont « fantastiques ».

Il faut noter que les directives de la MiCA sont réputées exigeantes. Elles recommandent que les entreprises de crypto-monnaies ne demandent qu’une seule licence. Cette dernière leur permettra d’exercer légalement dans les 27 pays de l’Union européenne.

De plus, MiCA veut limiter l’accès aux monnaies stables qui sont adossées sur le dollar américain. CZ a déploré cet état de chose :

"Les projets n'adoptent pas les pièces stables basées sur l'USD qui détiennent 75% de la liquidité du marché."

Selon CZ, il serait maladroit de limiter l’accès aux pièces stables adossées sur le dollar car les effets seraient négatifs. En tant que principale source de liquidités du marché mondial de la cryptographie, les stablecoins pourraient encourager les investisseurs à exécuter d’importantes transactions avec les liquidités disponibles. La restriction ne ferait que freiner cette activité.

Le PDG de Binance s’est également dit satisfait du travail du ministre français de la Technologie dans l’édition du règlement MiCA. Il pense que cette action traduit bien la volonté de la France d’œuvrer pour le développement du secteur des crypto-monnaies. CZ a confié qu’un agrandissement de l’équipe Binance à Paris était en étude car l’avenir de l’Hexagone dans l’univers de la crypto sera brillant. Les lois favorables à l’emploi et à la fiscalité sont des arguments de poids qui penchent en faveur de cette possible expansion.

Selon CZ :

"Paris est "probablement… le centre financier de la crypto en Europe et dans une plus grande partie du monde".

Que prévoit la réglementation européenne MiCA ?

Le règlement sur le marché des crypto-actifs (MiCA) a été adopté le 30 juin 2022. Il est considéré comme le cadre réglementaire des stablecoins et des fournisseurs de crypto-actifs sur le sol européen. MiCA prévoit que les monnaies stables soient soutenues 1 : 1 par des réserves jouissant d’une protection en cas d’insolvabilité. Ce n’est pas le cas des stablecoins algorithmiques à l’instar de UST. De ce fait, cette devise n’est pas autorisée dans l’UE.

MiCA prévoit également une limitation de l’émission des stablecoins avec des limitations commerciales. Le règlement confit à l’Autorité bancaire européenne (ABE) la réglementation des monnaies stables ayant plus de 10 millions d’utilisateurs ou 5 milliards d’euros de jetons en circulation. Il définit aussi un plafond pour le volume quotidien des échanges de pièces stables à 200 millions d’euros.

Cela signifie que le Tether (USDT) et USD Coin (USDC) qui sont adossés au dollar seront régulés par l’ABE en Europe. Ces deux pièces stables enregistrent respectivement 48,13 milliards € et 5,4 milliards € en volume de transactions quotidiens.

En outre, les fournisseurs de crypto doivent se faire enregistrer auprès de l’Autorité européenne des marchés financiers et de l’ABE. Avec une licence unique pour tous les acteurs dans les crypto-monnaies, délivrée par les régulateurs européens, l’activité sera ainsi mieux réglementée.