Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Une entreprise basée en Floride «laisserait le Venezuela éviter les sanctions américaines avec Bitcoin»

Par Tim Alper
Une entreprise basée en Floride «laisserait le Venezuela éviter les sanctions... 101
Source: iStock/thad

Le Venezuela utiliserait apparemment des cryptomonnaies telles que le bitcoin pour contourner les sanctions américaines en utilisant une société basée en Floride - tandis que le régulateur financier du pays a donné son feu vert à de vastes mesures de paiements en cryptos pour son propre jeton, le Petro.

Selon un article publié plus tôt cette semaine par ABC en Espagne, les voyageurs qui se rendent à l’aéroport de Caracas choisissent de plus en plus de payer les taxes sur les vols en bitcoins, via les services fournis par les opérateurs de la plateforme Jetman Pay, basée aux États-Unis.

Selon ABC, les opérateurs de l’application procèdent ensuite au transfert des fonds vers des «bourses internationales» basées à Hong Kong, en Russie, en Chine et en Hongrie, où ils sont convertis en dollars des États-Unis et crédités sur des comptes bancaires du gouvernement vénézuélien.

Des sanctions strictes imposées par les États-Unis empêchent actuellement les entreprises internationales de traiter avec le gouvernement vénézuélien et le président Donald Trump a averti que toute entreprise qui traiterait avec le Petro serait également sanctionnée.

ABC affirme avoir vu un avenant signé entre le directeur général de l'aéroport international Maiquetía (Simón Bolívar) à Caracas, l'amiral Carlos José Viera Acevedo, et le directeur de la société Barracuda Solutions, Ángel Lovera. Cet avenant indiquerait que Barracuda est une filiale de BCDA Aeronautical Solutions, une entreprise basée en Floride, exploitant de Jetman Pay.

Selon ABC, le document indique que les aéroports de Maiquetía et de Barracuda ont chacun le droit de conserver 2% du total des taxes perçues.

Le même article indique que Barracuda est également sur le point de signer un contrat avec les autorités aériennes vénézuéliennes qui permettra aux compagnies aériennes qui ravitaillent leurs avions au Venezuela de payer pour des services utilisant des cryptomonnaies.

Dans le même temps, l’organisme de réglementation vénézuélien chargé de la cryptomonnaie, la Superintendencia Nacional de Criptoactivos (connue localement sous le nom de Sunacrip), a annoncé que, le 25 juin, le plus grand magasin du pays, Traki, a commencé à accepter les paiements en Petro.

Comme indiqué précédemment, Traki avait déjà commencé à accepter le paiement en bitcoins et autres cryptomonnaies populaires l'année dernière.

Le Petro est la propre monnaie cryptographique du gouvernement vénézuélien, gérée par l’État et adossée à l’huile. Selon le média gouvernemental Venezolana de Televisión, Caracas a également lancé une gamme de nouveaux services pour accompagner le Petro.

Citons notamment la plateforme PetroAhorro, où les citoyens peuvent conserver leurs économies en Petro, le portefeuille de crypto-devises Petro App et enfin PetroPago, une plateforme crypto-payante qui permet aux clients de payer dans les magasins à l'aide de codes QR.

Un peu plus tôt cette semaine, Cryptonews.com a rapporté qu'un groupe de réflexion américain pensait que des pays comme le Venezuela, la Russie, l'Iran et la Chine appliquaient des stratégies cryptographiques «à long terme» leur permettant d'éviter des sanctions américaines potentiellement ruineuses.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles