Accueil Actualités

L'Australie et le Brésil ont de bonnes nouvelles pour la cryptosphère

Par Tim Alper
L'Australie et le Brésil ont de bonnes nouvelles pour la cryptosphère 101
Vue aérienne d'un hélicoptère de Rio de Janeiro avec la montagne du Corcovado et la statue du Christ Rédempteur. Source: iStock / dislentev

L’hémisphère Sud vient d’envoyer des nouvelles positives à la cryptosphère. Alors que certains pays tournent le dos aux ICO, l'Australie semble envisager les promouvoir activement. Par ailleurs, un autre échange de cryptomonnaies, cette fois au Brésil, a remporté une bataille juridique contre une banque. Et ce n'est pas la seule nouvelle positive de ce pays.

Au moment où les autorités de réglementation sud-coréennes ont décidé de maintenir une interdiction sur les ICO très décriée, le Trésor australien a publié un article sur les ICO qui liste les avantages potentiels de positionner le pays afin qu'il puisse tirer parti des nouvelles opportunités basées sur les ICO.

Le document souligne que les émetteurs d’ICO recherchent activement “des pays où les réglementations sont considérées comme les plus accommodantes”, soulignant que de nombreux pays se sont déjà établis en tant que “hubs pour les sociétés en technologie de l’information qui favorisent les levées de fonds via des ICO”. Singapour, par exemple, est devenu l'un des principaux bénéficiaires des interdictions d’ICOen Chine continentale et en Corée du Sud par exemple.

Les auteurs notent qu'une ICO "peut être une option attrayante pour les startups qui ne sont pas encore assez matures pour accéder à du capital-risque ou pour se lancer dans une introduction en bourse".

Les auteurs du document font également remarquer que certaines entreprises australiennes ont utilisé les ICO comme moyen de “rester sur le continent plutôt que de déménager à l’étranger à la recherche de capitaux”. Ailleurs dans l’hémisphère sud, une échange crypto brésilienne a remporté une bataille juridique contre une banque qui espérait fermer ses comptes.

Selon le média Portal do Bitcoin, un tribunal du pays a jugé que la banque Sicoob avait enfreint la réglementation bancaire et agi de manière arbitraire en informant l’exchange Mercado Bitcoin qu’il ne traiterait plus les transactions de cette dernière. La banque a été condamnée à reprendre ses activités avec l’échange.

Le même média rapporte que Santa Catarina, un cinéma de Florianópolis, affirme être devenue la première salle de cinéma du pays à accepter le crypto-paiement - via un terminal de point de vente fourni par Bancryp, une société qui prétend être la première banque du pays. Le théâtre, Cine Multi, déclare qu’il accepte désormais "le paiement en Bitcoin et autres cryptomonnaies”.

Ailleurs dans le pays, les clubbers LGBTQ+ du quartier animé de Recife seront bientôt en mesure de payer leur entrée et leurs consommations en Bitcoin et Litecoin. Les propriétaires du Clube Metrópole disent que dès la fin de semaine prochaine, les clients auront la possibilité de payer en cryptomonnaies et que si le crypto-paiement s'avère être un succès, ils proposeront également de l'offrir dans deux autres discothèques basées à Recife.

Le Clube Metrópole a déclaré s’être associé à CoinWISE, une startup brésilienne de fintech, qui fournirait l’assistance technologique requise.

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles