11 ans de regret : James cherche toujours ses 8 000 BTC jetés par erreur

Matthieu Dumas
| 4 min read

En 2013, cet informaticien alors âgé de 25 ans à deux disques dur dans son tiroir, un vide, dont il veut se débarrasser, et l’autre contenant les infos de son wallet avec 8 000 Bitcoin, miné en 2009. Vous l’aurez compris ; James jette par erreur le disque dur contenant ces bitcoins, et 11 ans plus tard, il est toujours en train de fouiller la décharge de sa ville… James a récemment décidé de passer à la vitesse supérieure en poursuivant en justice sa ville et la décharge.

Contexte


Savez-vous ce que c’est un « marronnier » en journalisme ? Un marronnier est un sujet qui retombe souvent, et qui fait toujours parler de lui : la neige, Noël, le rentré des classes, le bac…

Ce sont des sujets récurrents dont tout le monde a déjà parlé 1 000 fois de 1 000 façons différentes, mais qui cartonne tous les ans parce que les gens aiment ça… Eh bien James, c’est le marronnier de la crypto : à chaque record de prix du Bitcoin, son histoire ressort, et avec elle récit d’un homme aux airs de Sisyphe.

James en 2022. Darren Britton / Wales News

Pour rappel : En 2013, dans une petite ville du Pays de Galles, la petite amie de l’informaticien pense lui rendre service en jetant une des poubelles de sa chambre. Lorsque James se réveille, il est trop tard : elle a malencontreusement jeté un disque dur contenant 8 000 bitcoins, aujourd’hui estimée à environ 500 millions de dollars.

L’intervention bien intentionnée de son ex-partenaire, qui a pris l’initiative de jeter le sac en pensant rendre service, a scellé le destin du jeune informaticien. Poussant James dans une quête désespérée.

On ne le répète jamais assez : ne devenez pas James, prenez soin de vos actifs !

11 ans de combat


Après dix ans de tentatives infructueuses pour convaincre les autorités locales de lui permettre de fouiller la décharge où il pense que son disque dur repose, Howells passe à l’offensive légale.

Face à l’intransigeance du conseil, qui maintient que les fouilles ne sont pas possibles en raison de restrictions environnementales, Howells ne voit d’autre option que de solliciter une « révision judiciaire sur la légalité des décisions du conseil » :

« C’est un peu comme lorsque vous envoyez votre ballon de football par-dessus la clôture de votre voisin. C’est toujours votre ballon. J’ai demandé à récupérer mon ballon le jour où il a été jeté par-dessus la clôture… Ce n’est pas ma faute si personne n’a répondu à la porte depuis dix ans. »

La décharge en question. Source : Daily Mail.

Sa détermination est alimentée par la conviction qu’il est possible de mener les fouilles sans nuire à l’environnement et sans engendrer de coûts pour le conseil municipal.

En 2022, il a même proposé un plan détaillé, promettant 10% des bitcoins retrouvés à la ville de Newport, avec des projets ambitieux pour transformer la ville en un hub crypto, incluant des dons à chaque résident, l’installation de terminaux basés sur la crypto dans tous les commerces et la création d’infrastructures d’énergie renouvelable pour alimenter une installation de minage de bitcoin qui appartiendrait à la communauté.

Mais le conseil de la ville semble déterminer :

« Il n’y a rien que M. Howells puisse nous présenter qui nous ferait changer d’avis. […] Ses propositions présentent un risque écologique important, que nous ne pouvons pas accepter et que les conditions mêmes de notre permis [sur le terrain] nous empêchent d’envisager. »

Une équipe entière dédiée à la recherche du disque dur


Pour l’aider dans sa quête, qui ressemble de plus en plus à une chasse au trésor, James a décidé de monter une équipe d’expert, en promettant en retour une partie des gains à chacun.

Cette équipe, financée à hauteur de 11 millions de dollars par des capitaux à risque basé en Suisse et en Allemagne, comprends : des experts en récupération des données (au cas où le disque dur ne fonctionnerait plus), des chiens robots de Boston Dynamics, une IA spécialement entrainé pour l’occasion et une dizaine d’hommes et de caméras de surveillance.

Bien sûr, pour pouvoir lancer tout ça sur la décharge, il faut l’autorisation de la ville… À la rédaction de cet article, James n’a toujours pas reçu d’autorisation, mais a réussi à décrocher un entretien avec un membre du Parlement local. « C’est la meilleure situation que j’ai connue jusqu’à présent », déclare James.

Légalement la route parait compliquée pour James, il poursuit le conseil de sa ville pour « embargo illégale du disque dur ».

Sisyphe moderne ?


L’histoire de James Howells nous rappelle un peu le mythe de Sisyphe : condamné à pousser éternellement un rocher jusqu’au sommet d’une colline, d’où il retombe toujours. Souvent cité comme symbole de l’absurdité de l’existence et de la persévérance humaine face à l’inéluctable.

Est-ce que la poursuite incessante de Howells, contre toutes les probabilités et au risque de consacrer sa vie à une quête peut être irréalisable, représente un acharnement futile ou l’expression la plus pure de la détermination humaine ?

Bon, ça devient un peu trop philosophique. Une chose est sûre, s’il retrouve le disque dur, il devient un héros de la persévérance. S’il ne le retrouve jamais, il devient le héros du temps perdu.


Sorces : Daily Mail, Wales Online


Sur le même sujet :

Enquête : L’adoption du Bitcoin ralentie par un wallet crypto trop compliqué ?

Un père et son fils récupèrent les mots de passes perdus des portefeuilles Bitcoin

Bitcoin dépasse les 70K et le Green Bitcoin les 3 millions