Accueil ActualitésActualités Bitcoin

Des frais exorbitants obligent un échange Bitcoin néerlandais à fermer ses portes

Par Tim Alper
Des frais exorbitants obligent un échange Bitcoin néerlandais à fermer ses portes 101
Source: Adobe/michaklootwijk

L'échange Bitcoin (BTC) néerlandais BitKassa est devenu l'une des premières victimes d'une nouvelle procédure de réglementation qui exige que de nombreuses sociétés nationales de cryptomonnaie s'enregistrent auprès de la banque centrale ou ferment leurs portes.

La banque centrale, la De Nederlandsche Bank (DNB), a fixé la date limite d'enregistrement au 18 mai, après que le parlement national eut voté en faveur de l'adoption des lignes directrices de l'UE en matière de lutte contre le blanchiment d'argent, telles que définies par le Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI).

Lire aussi: Halving: deux fois moins de bitcoins.

L’échange BitKassa, a déclaré qu'il fermera le 17 mai, un jour avant la date limite d'inscription. Il a également publié une déclaration cinglante, dénonçant la décision du gouvernement d'imposer "environ 27 000 dollars (5 400 dollars de frais d'enregistrement plus près de 21 600 dollars de frais de base)" à toutes les entreprises en 2020, "quelle que soit leur taille".

Le GAFI a déclaré que les régulateurs financiers du gouvernement devraient appliquer un système d'enregistrement obligatoire, un peu comme celui utilisé au Japon, où plus de deux douzaines d’échanges se sont enregistrés auprès du régulateur.

Cependant, BitKassa a déclaré que selon ses calculs,

"Les entreprises cryptos néerlandaises devront payer 1,8 million de dollars au total, pour moins de 8 mois de réglementation rien qu'en 2020. En moyenne, c'est plus que ce que paient les trusts ou les sociétés de cartes de crédit. Ça va tuer les start-ups".

L’échange a souligné que, dans un post officiel, la De Nederlandsche Bank avait concédé qu'il serait "optimiste" de s'attendre à ce que les 75 sociétés nationales de trading et de garde crypto soient en mesure de payer les frais et les coûts.

"Nous n'avons aucune confiance dans le fait que ces coûts annuels seront moins élevés l'année prochaine. À l'avenir, il est très probable que nous soyons encore impliqués avec Bitcoin d'une manière ou d'une autre. Mais ce sera avec des projets non soumis à la réglementation de la banque centrale" a conclu la plateforme".

La nouvelle réglementation concerne les entreprises qui effectuent des transactions cryptomonnaies fiduciaires (et vice versa), et celles qui fournissent des services de conservation de crypto-actifs. Les entreprises qui effectuent exclusivement des transactions de crypto à crypto sont exemptées.

Les utilisateurs de Twitter ont exprimé leur indignation, l'un d'entre eux qualifiant de "ridicules" les frais de régulation de la DNB et accusant la banque centrale de "tuer" l'innovation fintech.

_________________________________

Suivez nos liens d'affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies; Zone SEPA Europe et citoyens français:

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada:

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme:

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins:

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour accumuler des cryptos en jouant:

  • Au poker sur la plateforme de jeux CoinPoker
  • À un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles