Accueil ActualitésActualités Bitcoin

C’est officiel, la Banque de France prépare sa monnaie digitale

C’est officiel, la Banque de France prépare sa monnaie digitale 0001

Photo: François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France / Capture d'écran / YouTube

La Banque de France a annoncé mercredi 4 décembre 2019 par l’intermédiaire de son gouverneur François Villeroy de Galhau, qu’elle préparerait d’ici l’été prochain “une solution pan-européenne de paiement unique”, une monnaie digitale de banque centrale. Cette initiative se fait dans le cadre du Conseil de stabilité financière, un groupement économique international créé en 2009 lors d'une réunion du G20.

C’est dans le cadre d’une journée-conférence de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), un organisme chargé de la supervision des secteurs bancaires et d'assurance, que l’annonce a été faite. Le thème de cette portion de la journée conférence était l’innovation.

Au cours de son discours, François Villeroy de Galhau a reconnu que plusieurs innovations avaient changé le paradigme financier mondial. “Nous constatons tous que la révolution numérique, portée par de nouveaux acteurs est riche de progrès et nous en bénéficions chaque jour. Mais cette révolution pose également des questions importantes sur l’intermédiation bancaire voire sur notre souveraineté monétaire”.

Il a ensuite rappelé les objectifs de son engagement. “Je vous propose aujourd’hui de regarder en face ces questionnements puis d’y répondre en rappelant ce que sont les deux arcs-boutants de notre stratégie: garantir la confiance et soutenir l’innovation”.

Lire aussi: Le Ministre de l'Économie et des Finances français s'attaque à la Libra de Facebook.

Le gouverneur de la Banque de France a également évoqué le Bitcoin, mais de façon négative “Je crois qu’il faut faire une distinction. Au premier crypto-actif spéculatif tels que les bitcoins, très volatils, sans réel sous-jacents économiques et peut-être sans grande perspective a succédé une seconde génération d’actifs fondés sur la même technologie blockchain prometteuse mais assortis désormais de mécanismes destinés à stabiliser leur valeur d’où le nom de stablecoins. Ces stablecoins, grâce aux effet de réseau pourraient apporter une solution concrète en matière de paiement trans-frontières qui sont c’est incontestable encore trop chers et trop lents. Mais c’est l’autre face de la médaille, ces projets de cryptoactifs qui auraient une vocation mondiale sont également générateurs de risques de conformité financiers et politiques très importants”.

Lire aussi : Promotion de Bitcoin à la télévision via une annonce sur TF1 en France.

Ce discours est une réponse à ce que François Villeroy de Galhau qualifie de “digitalisation croissante des paiements scripturaux”, un phénomène qui “a pour corollaire une diminution significative de la demande d’espèce de certains pays comme la Suède ou la Chine et a été favorisée par la montée en puissance d’acteurs non bancaires”.

À travers ce discours qui est une forme de réponse au projet Libra, le stablecoin de Facebook, c’est aussi une prise de position ferme dont il s’agit et un appel à réagir au plus vite : “Il est bien sûr exclus pour nous banquiers centraux et superviseurs de subir ce changement”.

Lire aussi: La France s’oppose à l’arrivée de la Libra en Europe.

Le gouverneur de la Banque de France lance ainsi le coup d’envoi des grands chantiers des prochains mois, à savoir:

  • Développer une solution pan-européenne de paiement unique.
  • “Éviter la fragmentation du marché et la prédominance de solutions non européennes”.
  • Réduire les coût et les délais des paiements transfrontaliers.
  • Améliorer l'interopérabilité entre les différents systèmes de paiement.

Suivez nos liens d'affiliés pour:

Acheter des cryptomonnaies

Sécuriser vos cryptomonnaies

Payer toutes vos factures ou envoyer de l'argent vers votre banque

  • Bylls (Disponible uniquement au Canada).

Suivez-nous sur Twitter ou rejoignez-nous sur Telegram

Plus d’articles